1081

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12/20

LINE UP

-Abbath Doom Occulta
(chant+basse)

-Demonaz Doom Occulta
(guitare)

-Armagedda
(batterie)

TRACKLIST

1)Call of the Wintermoon
2)Unholy Forces of Evil
3)Cryptic Winterstorms
4)Cold Winds of Funeral Dust
5)Blacker Than Darkness
6)Perfect Vision of the Rising Northland

DISCOGRAPHIE


Immortal - Diabolical Fullmoon Mysticism
(1992) - black metal - Label : Osmose



Il paraît que Bathory a influencé quelques groupes de black metal. Honnêtement cette réputation est exagérée. A l’écoute de ce Diabolical Fullmoon Mysticism, on se dit que les dires dépassent les faits… Bon ok, pas du tout. Il est franchement peu évident de ne pas voir de lien de parenté entre Bathory et ce premier opus maléfique de Immortal. Il est clair que Abbath et Demonaz ne sont pas allés puisés bien loin leur inspiration. Des riffs à la Bathory, des soli à la Bathory, une production à la Bathory et un chant à la Bathory. Bref, de la musique à la Bathory.

Certes. Mais pour autant il s’agit de Immortal et donc pas de n’importe quel groupe. C’est ici peut-être leur premier album, mais c’est le premier album de Immortal et ces jeunes gens n’étaient pas dénués de talent. Et puis pour un premier album, on ne va pas devenir subitement excessivement exigeant sous prétexte que nous sommes en présence d’une future légende. Entrons donc plus vif dans le sujet. Si j’ai déjà précisé que la musique ressemblait beaucoup à celle de Bathory, il faut toutefois souligner qu’elle n’est pas dénuée de personnalité pour autant. L’inspiration est certes évidente mais elle ne se fait pas au détriment du plaisir d’écoute. Immortal était suffisamment intelligent et doué pour ajouter sa patte à la tambouille initiale. Cette patte prenant souvent la forme d’arpèges de guitare sèche comme on les entend sur "Cryptic Winterstorms". C’est bien trouvé et ça aère la musique comme il est convenu de dire.

Par contre, ne vous attendez en aucun cas à retrouver les déluges de riffs et de blasts qui ont caractérisés les deux albums suivants du groupe. Ici la tendance est encore à l’obédience années 80 et donc pas de survitesse. La surenchère n’est pas de mise. Cela n’empêche néanmoins pas le duo magique de proposer quelques ambiances bien sombres et fraîches. Pas glaciales cependant et ce serait bien le principal reproche qu’on pourrait leur faire. Car si la musique, les riffs et les compositions sont très honnêtes, il manque ce poil d’ambiance frigorifiante propre au black metal. Peut-être est-ce dû au fait que dans sa prime jeunesse le groupe officiait plus dans le death metal. En tout cas il en ressort un certain manque de feeling. Rien de bien inquiétant puisque cela n’entravera pas la marche en avant du groupe.


Au final, pas grand-chose à dire sur cet album qui même s’il est sympathique ne déclenchera pas l’hystérie collective. Il reste un peu mou du genou niveau ambiance et vélocité pour émerveiller. Le néophyte en Immortal ferait bien de passer son chemin s’il veut découvrir le groupe. L’amateur de black metal en revanche trouvera de quoi satisfaire ses tympans. Mais il faut avouer que c’est plutôt une affaire de blackeux. Quoique les thrasheux apprécieront peut-être quelques riffs. De belles promesses pour le futur en tout cas.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3