1175

CHRONIQUE PAR ...

14
Dr Gonzo
Cette chronique a été mise en ligne le 24 octobre 2007
Sa note : 13/20

LINE UP

-Kjartan Ericsson
(guitare+chant+percussions)

-Bård Bøge
(basse+chant+synthés+samples)

-Cato Olaisen
(batterie)

TRACKLIST

1)Becoming What You'Re After
2)Climbing Sidewalks
3)Resist Your Bones
4)Threshold
5)Blacklist Mercy
6)Acceleration Atheist
7)Finding The Damage
8)Dead Not Late
9)Dislocate
10)Last Patrol
11)Solid Approach

DISCOGRAPHIE


Ribozyme - Blacklist Mercy
(2006) - rock grunge presque metal de type alternatif - Label : Solid Approach



Il est toujours ingrat de découvrir des groupes sympathiques comme Ribozyme pour s'apercevoir que cela fait près de dix ans qu'ils tournent, et qu'ils en sont à leur troisième album. Fort bien. N'ayant pu poser d'oreille sur leurs précédents opus, et n'étant pas franchement aidé par les dithyrambiques (semble-t-il) chroniques florissant sur le web norvégien, c'est vierge, nu, avec ma bite et mon couteau pour ainsi dire que je m'attaque à ce Blacklist Mercy.

Une pochette sombre, du rock qui se fâche sans être metol, des guitares qui grondent, des breaks tordus; bon sang mais c'est bien sûr, c'est à un nouvel avatar de Tool que l'on a affaire. Dix ans plus tôt, cet album aurait fait l'effet d'une bombe, mais à l'heure actuelle, il faudra se contenter d'un « ouais, pas mal ». Cependant, réduire les Norvégiens de Ribozyme à un ersatz de Tool serait cruel, d'une part, injustifié d'autre part. Car chez Ribozyme, il y a aussi la forte influence d'A Perfect Circle...

La voix est maîtrisée, claire mais capable de gronder parfois, et se pose sur des riffs sombres,quoiqu'un peu faciles. Ca dépend des morceaux à vrai dire, et cela traduit une certaine inégalité tout long de l'album. Seule reste constante l'ombre de Maynard James Keenan planant lourdement sur presque chaque titre, et chaque mélodies, ne s'éclipsant que pour laisser parler les tendances grunge du groupe. Et alors que les morceaux défilent, on s'aperçoit d'un manque flagrant d'identité sonore.

La batterie, efficace et parfois inventive n'est pourtant pas mise en valeur par un son mat, qui manque de relief et la relègue au rang de tapisserie. Dur dur d'assumer des breaks limite prog par la suite. La basse aussi sonne absente, on la sent là, mais pas assez; c'aurait pu passer avec un mixage subtil un peu vintage, mais ici, la voix et la guitare occupant le premier plan, les autres font juste figure d'oubliés. Cela n'empeche tout de même pas Ribozyme de nous proposer des riffs malins ("Resist Your Bones"), et laisser ce tourbillon d'influences prendre forme et esquisser une réelle identité, à défaut d'un son personnel.

"Threshold" ose le punk noisy de façon crédible, mais cette volonté de faire « décoller » le morceau à coup de cassure rythmique imposant une harmonie guitare/voix prévisible finit par rendre le tout vain et artificiel, car cela se retrouve sur presque tout l'album. Moment d’accalmie avec le titre éponyme de l’album, puis avec le suivant, pseudo-ballade (y’a du piano, et le rythme est lent, mais appelez ça comme vous voulez) un peu molle du genou évoluant vers du Nine Inch Nails (y’a un beat electro appuyé), finissant sur de la presque-pop.

Ce petit zoom morceau par morceau (respectivement 4, 5 et 6) est là pour indiquer le brin de perplexité que ressent l'auditeur se délectant (ou maudissant c'est selon) d'une influence Toolienne qui disparaît brusquement de façon forcée à mon sens, pour revenir de plus belle ensuite. Ouverture musicale artificielle, ou horizons encore à explorer pour le groupe, difficile de trancher. Ainsi, il est délicat de réellement voir où veulent en venir ces Norvégiens, ils ont l'air conscients de leur statut de « sous- » sans savoir vraiment vers quels espaces sonores se diriger.


Malgré un son d'ensemble trop impersonnel, on retiendra tout de même de bons morceaux, et une avant-derniere piste ("The Last Patrol") aux relents zeppelinesques et tooliens de toute beauté - on est parfois à la limite du plagiat, mais quand c'est bien fait, hein...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6