1297

CHRONIQUE PAR ...

1
Blackmore
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 18/20

LINE UP

-Steve Walsh
(chant+piano)

-Kerry Livgren
(guitare+claviers)

-Robbie Steinhardt
(chant+violon)

-Phil Ehart
(batterie)

-Dave Hope
(basse)

-Rich Williams
(guitare)

TRACKLIST

1)Point of Know Return
2)Paradox
3)Spider
4)Portrait (He Knew)
5)Closet Chronicles
6)Lightning's Hand
7)Dust in the Wind
8)Sparks of the Tempest
9)Nobody's Home
10)Hopelessly Human

DISCOGRAPHIE


Kansas - Point Of Know Return
(1977) - rock prog - Label : Epic Records



«I heard the men saying something the captain tell…» ha heu on me lit là ? Autant pour moi ! Ne m'en veuillez pas, mais j'adore ce morceau. D'ailleurs, pour ceux qui n'avaient pas encore compris, Kansas est et reste mon groupe préféré des 70's ! Ha, "Point of Know Return", tube sans équivoque, court, mélodique, efficace et sympa… un titre qui met de bonne humeur pour l'écoute de l'album. Parlons en d'ailleurs de cet album. Il a eu, en son temps, la lourde tache de succéder à Leftoverture et de mettre un terme au tryptique génial et mélancolique entamé avec Masque. He bien on peut raisonnablement dire que Kansas a tenu son pari ! He oui cet album est considéré par certains fans comme l'ultime de Kansas. Oui oui devant Leftoverture. C'est un point de vue que je ne partage pas en fait, mais cela ne veut pas dire que cet album est de moindre qualité.

Album plus rock que le précédent, il en garde pourtant certains stigmates (heureusement d'ailleurs) qui ressortent vers la fin du disque notamment. Bon après cette approche sommaire voyons plus en détail ce que nous propose Kansas. Alors tout commence avec le tube "Point of Know Return", ce qui me fait penser que la pochette est très sympa et tire son inspiration de ce morceau. Bref c'est un morceau super chouette mais si vous avez lu l'intro de cette chronique vous savez déjà de quoi il retourne. On continue notre tour du disque avec "Paradox". Assez rock dans l'esprit(mais toujours prog), le morceau n'en reste pas moins excellent. Tiens donc, la suite est une instrumentale de 2 min intitulée "The Spider". C'est simplement dément. Preuve du niveau de chaque instrumentaliste de Kansas. Portrait est un morceau faisant référence a Einstein et son génie visionnaire. Bon ça déchaîne pas les passions mais ça se laisse écouter(surtout le final instru très bon).

Jusque là nous avons un album certes très bon mais sans véritablement retrouver un morceau purement kansasien avec ses mélodies mélancoliques, ses passages instrus ou ses références médiévales. Heureusement, "Closet Chronicles" vient a point nommé remettre les pendules a l'heure. Morceau épique et très prog, c'est typiquement le genre de morceau qui me fait adorer ce groupe ! Mélodie géniale, très prog tout en restant accessible, piano et clavier fabuleux… bref Blackmore est heureux. La suite, "Lightning's Hand", voit Robby au chant/violon et Rick à la guitare se déchaîner. Des passages instrus alléchants donc, où le clavier vient tout de même soutenir discrètement l'ensemble. Bref c'est hard, très hard et c'est pas pour me déplaire. Et voici en exclusivité, cher lecteur, THE tube de kansas avec le magnifique "Dust in the Wind". Gros gros gros succès pour Kansas au point qu'il est fort probable que votre entourage âgé connaisse ce morceau. Malheureusement, si le morceau est très beau c'est pas ce que Kansas a fait de plus touchant ou de plus magnifique. L'histoire ne retiendra que cela du groupe…ce qui est plutôt triste.

"Sparks of the Tempest" est, avec "Lightning's Hand", le morceau le plus électrique de l'album. On y trouve tout de même des claviers ,encore une fois discrets, et des paroles engagées. A noter que Steve et Robby se partagent le chant sur ce morceau. Voila déjà "Nobody's Home". Un morceau magnifique qui est soutenu d'une splendide orchestration toute kansasienne. Selon moi c'est le plus beau morceau du disque, devant un "Dust in the Wind" bien plus consensuel. L'album s'achève avec le grandiose "Hopelessly Human". Orchestration complexe, intro splendide, passage instru long et dans l'esprit d'un "Magnum Opus"… bref un morceau passionnant à suivre. Tout simplement du très grand Kansas. Le meilleur du disque ? Sans aucun doute !


Pour résumer, Point of Know Return est sans aucun doute possible une grande réussite, très proche d'un chef d'œuvre comme Leftoverture. Les passages surprenants et l'esprit typique kansasien sont bel et bien présents. C'est un album très homogène qui propose des passages tout simplement fantastiques. Mais aussi certains moins intéressants, plus consensuels et plus rock (mais rien de bien grave, ça reste du très haut niveau). Personnellement, je ne le mettrais donc pas au niveau d'un Leftoverture (mais il était impossible de refaire pareil disque). Est-ce tout de même un indispensable ? Bien entendu !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7