1301

CHRONIQUE PAR ...

1
Blackmore
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Steve Walsh
(chant+piano)

-Kerry Livgren
(guitare+claviers)

-Robbie Steinhardt
(chant+violon)

-Phil Ehart
(batterie)

-Dave Hope
(basse)

-Billy Greer
(basse)

-Rich Williams
(guitare)

TRACKLIST

1)Icarus 2
2)When The World Was Young
3)Grand Fun Alley
4)The Coming Dawn (Thanatopsis)
5)Myriad
6)Look At The Time
7)Disappearing Skin Tight Blues
8)Distant Vision
9)Byzantium
10)Not Man Big

DISCOGRAPHIE


Kansas - Somewhere To Elsewhere
(2000) - rock prog - Label : Magna Carta





On croyait tous Kansas mort depuis que Kerry Livgren (Le compositeur du groupe) avait quitté le groupe au début 80's pour faire le zouave dans des trucs chrétiens (il est devenu très croyant le monsieur même carrément illuminé). Que Steve Walsh ait tenu le groupe pendant toutes ces années ne changea pas grand chose à l'affaire (il faut dire que Kansas n'est jamais meilleur que lorsque Kerry et Steve bosse ensemble). Pour continuer dans les bonnes nouvelles sachez que Robby «le violon» Steinhard s'était aussi barré en courant. Bon bref Kansas était mal en point. En fait plus personne ne croyait en Kansas, leur albums étaient pas terrible voir même a ch..(par respect pour le groupe je n'irais pas plus loin) et seul Freak of Nature était juste potable. On avait donc déjà tous apporté nos fleurs, mouchoirs et costards noirs pour l'enterrement. Un beau gâchis en somme Et puis en 1998 Kansas est sorti de sa léthargie avec Always Never the Same (album de reprise des classiques du groupe en version symphonique avec l'orchestre de Londres, album sublime certes, mais de reprise) et qui a vu le retour fracassant de Robby. Bref, il y avait comme du changement dans l'air et puis tout d'un coup Kansas a intégré Magna Carta (vous savez ce que ça signifie non ?) ! Mais surtout Kerry Livgren est revenu ! Il est donc normal partant de ce constat que cet album était très attendu. Et certains se voyaient déjà avec un Leftoverture bis dans les mains. Ne nous emballons pas messieurs, il ne faut pas non plus rêver c'est pas du Leftoveture. On est quand même au niveau de la qualité et de l'homogénéité du CD est très loin de leur chef d'œuvre. Mais alors il est naze cet album ou quoi ?? Non, c'est même presque inespéré d'avoir un tel album de la part du groupe plus de 20 ans après! Et si ce n'est pas Leftoverture, c'est quand même un très bon disque. Mais voyons tout cela en profondeur. Enfin la chronique !!

Oui donc après cette mise au point historique, l'heure est au jugement qui sera sans appel et objectif. On commence avec "Icarus II" (c'est pas vraiment la suite du 1 présent sur Masque). Dès les premières notes le suspens tombe. Oui le Kansas est bel et bien de retour. Violon, guitare et piano ensemble comme dans le bon vieux temps. L'intro instrumentale à la Kansas comme on l'a toujours entendue. Puis c'est au tour de Steve (avec sa voix qui a pris le poids des années mais qui est ma foi très agréable mais qui pourra en déranger certains) de chanter sur des mélodies mélancoliques... Ce thème s'adapte très bien aux paroles qui nous parlent des pilotes durant la seconde guerre mondiale (je crois que le père de Kerry était pilote à cet époque et l'album est d'ailleurs dédicacé aux anciens pilotes) puis après 3:42 min de paroles très joyeuses (on s'en doute… qu'elle ironie ce Blackmore) on entend le refrain du vrai "Icarus" (vi vi celui de Masque, nostalgie quant tu nous tiens !) et Steve Walsh crie «Here they come» (Qui ? les méchants zavions ennemis bien sûr), là Richard Williams à la guitare s'énerve dans un passage instrumental très heavy et ma fois très très sympa puis on reprend avec le couplet. La suite, c'est une reprise de la partie instru d'avant avec un chouette clavier et encore un couplet chanté. On termine avec un final instrumental qui clos ce titre assez prog. Un titre succulent sans aucun doute ! Bon ne je vais pas toutes les analyser parce que sinon on en a pour 3 jours, mais quand même ça fait plaisir ! Le prochain titre "When the World Was Young" est plutot a classer dans le Kansas rock tout court. Un titre sympa avec un bon refrain et un passage instru, à noter que vers la fin le thème de "Magnum Opus" est repris. "Grand Fun Alley" est ignoble, une sombre merde (ouais je suis méchant la). "The Coming Dawn", une ballade dans l'esprit du magnifique "The Wall". La partie instru est splendide mais c'est quand même loin du morceau de référence cité juste avant.

"Myriad", là on ne rigole plus. Morceau le plus long de l'album et aussi le plus prog. ça débute gentiment puis un thème se dégage(qui ressemble étrangement a ce que Kenji Kawai a composé pour le film Patlabor II (vous l'avez pas vu ?! qu'est-ce vous attendez ?!) Steve chante un peu et après nous avons droit a un passage instru dans l'esprit de "Magnum Opus" avec des chœurs à la Yes par dedans ! Juste un poil lent a mon goût. Superbe malgré tout. Les 2 titres suivants sont très bons. "Look at the Time" est vraiment différent de ce que nous propose habituellement Kansas. Ça sonne un peu Beatles et la suite est du pur rock prog comme on aime. Le suivant, "Disappearing Skin Tight Blues" est un morceau plus blues-rock mais magnifiquement chanter par un Robby bien mélancolique. J'en viens au cas "Distant Vision" meilleur morceau de l'album qui aurait sans aucun problème eu sa place sur Leftoverture, un petit bijou qui rappel "Cheyenne Anthem" (qui je le rappelle est probablement le meilleur morceau de Kansas)! Vraiment je n'aurais jamais pensé que Kansas puisse un jour recomposer un morceau aussi magnifique, rien que pour ce titre les fans de Kansas se doivent d'acheter cet album. "Byzantium" est un bon titre avec une mélodie orientale mais rien de transcendant. "Not Man Big" clos cet album, normalement dans la belle époque les derniers morceaux de Kansas était toujours plein de surprise et souvent très bon. Là c'est presque le cas car on a des parties instru très très bonnes et seul le refrain fait un peu de la peine. Bon alors pour le constat final que peut on dire ? Cet album propose pas mal de bon titre, il est très varié et seul 1 ou 2 titres seraient à jeter. Et puis il y ces 3 morceaux géniaux que sont "Icarus II", "Myriad" et enfin "Distant Vision". C'est aussi un des albums les plus difficile d'accès de Kansas et le plus progressif depuis... ben depuis Leftoverture mine de rien car Point of Know Return est quand même vachement plus simple d'accès.


Pour conclure, je dirais ce disque est très encourageant pour la suite et que Kansas serait même capable de nous refaire le coup d'un nouveau Leftoverture pour la prochaine galette mais pour cela il faudrait que Kerry Livgren laisse plus de place a Steve Walsh (il n'a pas fait grand chose dessus a part chanter et c'est bien dommage surtout quand on écoute "Glossalalia" et ces participations aux autres projets de Magna Carta). Malheureusement, ce disque n'a pas été perçu à ça juste valeur. C'est dommage de voir que certaines personnes s'en sont fait un avis après juste 2-3 écoutes ce qui est vraiment une hérésie. Donc pour les fans de Kansas c'est une priorité c'est évident, pour les autres ça peut être une bonne introduction mais ne vous attendez pas a du Spock's Beard ou du Transatlantic (qui a dit pléonasme ?)


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7