132

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Acerbus
(tout)

TRACKLIST

1)I
2)II
3)III
4)IV
5)V
6)VI

DISCOGRAPHIE


Ondskapt - Draco Sit Mihi Dux
(2003) - black metal - Label : Adipocère Oaken Shield



Quoi de mieux qu’une petite réédition pour se mettre dans le bain d’un groupe qui a bien dû vendre au moins, au bas mot, dix-sept copies de son album? Groupe underground vous dites-vous maintenant. Effectivement, Ondskapt malgré une petite réputation bien bonne n’est pas franchement ce genre de groupes qui clament leur existence sur tous les toits, et encore moins dont l’existence est universellement connue. Pourtant cette formation suédoise a suffisamment d’impact pour justifier d’une ressortie. Eviterions-nous l’album tellement underground que seules les taupes l’apprécieraient?

Petite présentation tout de même, car on ne sait toujours pas de quoi on parle si ce n’est de musique. Ondskapt (quel nom!) est donc suédois mais aussi générateur de black metal tendance true. Vous voilà dorénavant plus avancés. Commençons par les craintes. Qui dit true black et underground dit presque toujours production surminable et technique surpitoyable. Heureuse surprise, ce n’est ici pas le cas. La production, pas hollywoodienne évidemment, est vraiment excellente. Guitares frigorifiques, ambiance de cathédrale dépecée et batterie pas trop casserole. Un son divinement black metal qui réjouira les fans. Niveau technique, ce n’est pas du Satriani, on s’en serait douté, mais le musicien (Acerbus est seul maître à bord) sait jouer plus de quatre accords et les enchaîner, c’est tout ce qu’on lui demande. Nos craintes commencent à se dissiper. Il reste néanmoins l’étape la plus piégeuse maintenant, les chansons. Est-ce que le groupe sait composer ou pas?

Début de réponse: les riffs sont merveilleusement black metal. Avec leur insidieuse tendance à glacer le sang de l’auditeur ils éclaboussent de leur morbide simplicité. De la très bonne came. Ils sont relativement variés (ça reste black metal, ne l’oubliez pas) et surtout possède ce surplus de personnalité qui les sublime. J’accroche vraiment à ces riffs hantés et parfaitement en ligne avec le genre. Ca fait plaisir d’entendre du bon black que diable! La batterie vient vous accompagner tout ça avec la véhémence qui lui est due. Les blasts beat sont de la partie mais ils ne sont pas seuls. En effet le groupe ne joue pas en courant continu avec une musique uniquement et bêtement ultra rapide. De nombreuses plages sont accordées à des tempi plus calmes et ce n’en est que salutaire et plus agréable. On ne croule pas sous le déluge d’accords et c’est tant mieux. On peut prendre notre temps pour se délecter de la musique. D’autant plus que ça crée de sacrées ambiances. Lugubres, malsaines et sombres. Miam!

Toutefois, après tant de compliments, il est temps de se plaindre. Le chant. Celui par qui la fronde arrive. Il est trop guttural. Son champ death ne convient pas du tout à la musique et honnêtement, heureusement qu’elle est pour l’essentielle instrumentale car ses apparitions pourrissent un peu les chansons. Notez quand même qu’il est relayé des fois par de longues plaintes ou des cris plus stridents et black metal. Enfin voilà, il fait son œuvre en dénaturant l’art noir créé par Ondskapt. Et c’est bien à peu près tout niveau reproche. Car outre le fait d’être trop black metal pour la majorité, ce disque n’est pas vraiment perfectible. Pour nous racheter de cette complainte, un mot sur les bonnes idées. L’intervention d’arpège hautement atmosphérique sous fond d’une batterie délicate est particulièrement bien trouvée. Ca se trouve sur III (non, il n’y a pas de titres de chansons) et c’est diablement bon. En plus avec la cassure brutale de rythme, ça le fait. D’ailleurs, tout ça rappelle quelque peu Forgotten Tomb pour ceux qui aiment les références. Et pas mal Shining dans l’ensemble aussi. Tant qu’on y est, sachez que le groupe aime à s’étendre sur de longs titres, comptez sept minutes en moyenne.


Au final, un excellent disque de black metal uniquement plombé par un chant guttural complètement inapproprié. C’est dommage car le reste est tellement black metal que le fan du genre en chialerait. Excellentes surprise et initiative que cette réédition.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2