1373

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 28 novembre 2007
Sa note : 11/20

LINE UP

-Fabian Pospiech
(chant)

-Björn Daigger
(guitare)

-Sven Daigger
(claviers)

-Birgit Öllbrunner
(basse)

-Chris Merzinsky
(batterie)

TRACKLIST

1)W.A.N.T.E.D. (…Dead or Alive ??)
2)Crushing The Lies
3)Bittersweet Pain
4)Fade Away
5)The Cold Place
6)Craving For Unity
7)From The Remains
8)Crawling Through Broken Glass
9)Sucking Life
10)Blink Of An Eye
11)Doomsday

DISCOGRAPHIE


R.I.P. - Out To R.I.P. All Nations !!!
(2007) - metalcore tendance thrash - Label : Twilight Records



Les nouvelles technologies, c'est formidable. Aujourd'hui, cela permet d'enregistrer soi-même son album par ses propres moyens, sans aucune intervention externe. C'est le cas de R.I.P. (pour Raw Intense Power), qui nous présente son premier opus produit par Fabian Pospiech et Björn Daigger, respectivement chanteur et guitariste du groupe. Sauf qu'en l'occurrence, même s'il n'y a rien à redire au niveau du son, un avis extérieur n'aurait sûrement pas été de trop…

En effet, voilà un groupe qui peine à proposer quelque chose de cohérent sur cet album un peu fourre-tout. On a donc affaire ici à du metalcore (beaucoup), du thrash (un peu), du metal gothique, et même des touches de néo ou d'emo par ci par là. Un sacré programme en perspective. Pour ouvrir les hostilités, R.I.P. choisit la carte du thrash avec un "W.A.N.T.E.D." pas désagréable, avec son refrain fédérateur. Problème : difficile pour le groupe de persévérer dans cette direction, du fait de la présence d'un claviériste dans ses rangs. Celui-ci se fait plutôt discret sur ce premier morceau, intervenant juste pour un solo. Mais sur les autres morceaux dans cette veine, dès qu'il tente de se faire une place plus importante comme sur la première moitié de "Crawling Through Broken Glass", la sauce ne prend pas du tout. Pas étonnant qu'aucun groupe établi de thrash n'ait eu recours durablement à ce type d'instruments !

R.I.P. se rabat donc sur le genre actuellement à la mode, le metalcore. Certes, Sven Daigger ne se montre guère plus brillant dans cette voie, choisissant souvent des sons risibles pour jouer des mélodies dispensables, hormis le break bien senti de "Blink Of An Eye". Pour autant, ce style semble plus adapté à la personnalité des Allemands. On a donc droit aux riffs jumpy (ha, celui de "From the Remains" !) et à la traditionnelle alternance entre couplets hurlés et refrains en chant clair. C'est dans ce second domaine que Fabian Pospiech dispose de la plus grande marge de progression. En effet, à l'instar d'un Andrea Ferro (Lacuna Coil), sa voix n'est pas mauvaise mais manque singulièrement de coloration. Il se révèle plus intéressant dès lors qu'il ajoute un peu de grain (toujours "From the Remains") ou lorsqu'il prend des intonations à la Dave Padden (Annihilator), comme sur "Fade Away".

Par rapport à ses petits camarades du metalcore, R.I.P. doit encore faire des efforts pour pondre les mélodies qui tuent, une des marques de fabrique incontournables du genre. Car si "Craving For Unity" tire son épingle du jeu et se hisse parmi les meilleurs moments du disque, les refrains sont parfois assez poussifs comme par exemple "Crushing The Lies" ou "Bittersweet Pain". On ne passe même pas loin du ridicule sur "Blink Of An Eye" et son refrain simpliste limite pop sucrée, agrémenté de paroles débiles. Par ailleurs, encourageons également R.I.P. à prendre un peu plus de risques, à l'image du fougueux "Doomsday", beaucoup plus aventureux que le reste de l'album pour un résultat assez réussi. Etonnamment, le groupe ne semble jamais aussi efficace que lorsqu'il s'éloigne des rivages du metalcore, comme sur "The Cold Place", OVNI gothique avec chant féminin pas très cohérent avec la tonalité générale de l'album, mais là aussi fort agréable.


Au final, voici un premier album encore très imparfait mais pas foncièrement inintéressant. On sent chez R.I.P. un talent certain à confirmer ainsi qu'une grande versatilité encore mal maîtrisée, mais qui laisse augurer de belles choses pour la suite. Reste qu'avant de savoir s'il peut aller loin, le groupe devrait d'abord se demander dans quelle direction il souhaite se diriger.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4