1461

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 13 décembre 2007
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Johannes Formella
(chant)

-Sebastian Formella
(guitare)

-Sascha Bath-Ahmer
(basse)

-Jim Patrick
(batterie)

TRACKLIST

1)The Personal Revolution
2)Project Hoax
3)Welcome Overboard
4)The Appeal
5)Daeva
6)Escape The Living Plan
7)Rebel Press
8)Walk In Step With The March Of History
9)The Frequency
10)Neurosis And Projection
11)With A Modern Punk Flavor
12)Mithra

DISCOGRAPHIE


The Destiny Program - Subversive Blueprints




Malgré ce qu'on pourrait croire, The Destiny Program n'est pas du tout un nouveau venu sur la scène... le combo officiait depuis dix ans, c'est juste que quand on choisit Destiny comme nom de groupe on se retrouve tôt où tard face à des problèmes de marque déposée. De la même manière, quand on donne « the 12-point program to self revolution » comme sous-titre à son album, on a intérêt à balancer une musique sérieusement innovante à défaut d'être révolutionnaire. Et, euh, comment dire...


Bon, ne jouons pas les blasés : la mixture de hardcore moderne et de rock mélodique que le groupe propose n'est pas non plus un mélange ultraconvenu. Il faut un certain temps pour le réaliser par contre : le chant de Johannes Formella est vraiment très classique, tant dans son registre hurlé à la Hatebreed quand dans son chant clair lisse typé metalcore US. "The Personal Revolution" est d'ailleurs classique à beaucoup de points de vue : mis à part un beat de batterie bien trouvé en intro / outro rien ne semble vraiment sortir du lot, des riffs syncopés légèrement dissonants au break d'arpèges qu'on a déjà entendu mille fois chez les voisins du postcore (pensez Eden Maine), tout relève du déjà entendu. La prod étant signée Tue Madsen il y a peu de choses à lui reprocher, les musiciens jouent bien... non, c'est bien le côté sans relief des compos qui pose problème au début. Les breaks mélodiques oscillants entre post-rock et pop-punk ont tendance à sérieusement saouler du fait de leur manque d'originalité, et quand "Welcome Overboard" pompe les Deftones version White Pony avec un culot indéniable on se dit que tout est joué.

Heureusement le groupe relève la tête juste après : "The Appeal" est un boulet de canon, un titre de hardcore/thrash furieux qui rappelle Insense (sans copier cette fois-ci) et propose des riffs démonte-crâne. Malheureusement c'est un peu l'oasis au milieu du désert : les Destiny Program persistent à proposer des plans mélodiques qui échouent à être hypnotiques car pas assez poussés, des brisures de rythme qui échouent à bluffer car pas assez cinglées, des beat-downs qui échouent à exploser la face car pas assez méchants... c'est à croire qu'ils n'assument pas. Les passages bruitistes ont de plus une sale tendance à se ressembler et on se retrouve à identifier les morceaux grâce aux plans mélodiques... qui vont du vraiment joli (les choeurs trop brefs de "Escape The Living Plan") à l'horrible (le niaiseux "Neurosis And Projection", aaargh). Quelques passages stupéfiants comme l'intro / break de "The Frequency" et les arpèges de "Walk In Step..." laissent présager un réel potentiel... mais comme The Destiny Program se contente de nager entre deux eaux la plupart du temps on n'est jamais vraiment satisfait.


La conclusion de cette chronique n'étonnera pas ceux qui ont déjà consulté celles de collègues du Net : The Destiny Program donne en général l'impression de ne pas assez se lâcher. Ils pourraient peut-être faire un bon groupe de postcore s'ils se décidaient à basculer à la fois dans l'ultraviolence et dans l'ultramélodique, mais en ménageant la chèvre et le chou ils proposent un album pas inintéressant mais qui manque quelque peu de relief. Dommage.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6