1498

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été mise en ligne le 29 décembre 2007
Sa note : 10/20

LINE UP

-Robin Beck
(chant)

-Jimi Bell
(guitare)

-James Christian
(basse+claviers+chœurs)

-William Zampa
(batterie)

TRACKLIST

1)Livin' On A Dream
2)Show Me The Way
3)Love Me Like A Man
4)Always
5)Nothing's Gonna Change Your World
6)Seventeen Forever
7)Can't Get Enough Of Your Heart
8)Runaway
9)Wrapped Around Your Finger
10)Magic
11)I Can't Walk The Line
12)Till The Last Tear Drop Falls
13)Love Lies

DISCOGRAPHIE


Beck, Robin - Livin' On A Dream
(2007) - rock mélodique - Label : Frontiers Records



Après son album Do You Miss Me, sorti en 2005, Robin Beck a voulu bien faire en proposant un album plus pêchu, avec une nouvelle équipe de musiciens. Plutôt une bonne idée, surtout que Livin' On A Dream commence fort, avec deux titres haut en couleur, entraînants ("Livin' On A Dream" et "Show Me The Way"). Une musique plus rock en perspective, avec une production nickel, un musicianship (ça se dit ça ?) au poil, ça s'annonce bien tout ça !


Oui mais non, Robin Beck ne tarde pas à retomber dans les travers « variétoche », avec notamment la ballade "Always" qui aurait pu être chantée à la Star Academy ou les refrains limites de "Seventeen Forever" et "Nothing's Gonna Change Your World"... Encore de l'AOR sans intérêt se dit-on, ce qui est dommage étant donné que la voix de Robin Beck se montre très agréable la plupart du temps. Elle reste peut-être le seul élément intéressant (la voix, pas Robin) dans sa musique.

James Christian assure une fois de plus les chœurs, en plus de la basse et des claviers... et que dire d'autre ? C'est parfois pas mal foutu, avec quelques titres un peu plus dynamiques pour relever la sauce ("Runaway", "Wrapped Around Your Finger", "Love Lies"). "Magic" retrouve même la pêche des premiers titres mais le soufflé retombe vite sur la fin, encore une fois. La ballade "Till The Last Tear Drop Falls" vaut surtout pour son duo entre Robin Beck et son mari, James Christian, elle ressemble là aussi à un duo Star Académicien ou alors je ne m'y connais pas. J'espère en tout cas que les amateurs d'AOR ne crachent pas sur la Star Academy parce que sinon, ce serait vraiment l'hôpital qui se fout de la charité ! Passons.


Bizarrement, si Livin' On A Dream n'a rien d'original, il sera difficile de comparer ce que fait Robin Beck avec la musique d'un autre artiste, sûrement parce que Robin Beck a beaucoup d'expérience (sa première expérience discographique remonte à 1979) et qu'elle n'est pas la dernière venue. Et, comme d'habitude avec ce genre d'album, la qualité du songwriting n'est pas à remettre en cause. Autrement dit, les amateurs apprécieront sans problème. Difficile de faire plus banal comme conclusion.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3