165

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Nocturno Culto
(chant+guitare+basse)

-Fenriz
(batterie+chant)

TRACKLIST

1)Order Of The Ominous
2)Information Wants To Be Syndicated
3)Sjakk Matt Jesu Krist
4)Straightening Sharks In Heaven
5)Alle Gegen Alle
6)Man Tenker Sitt
7)Sacrificing To The God Of Doubt
8)Hate Is The Law
9)Rawness Obsolete

DISCOGRAPHIE


Darkthrone - Sardonic Wrath
(2004) - black metal - Label : Moonfog Productions



Une fois n’est pas coutume, Dark Throne s’embourgeoise et nous délivre un magnifique artwork en guise de pochette (même si toujours en noir et blanc, faut pas abuser non plus). Arborant fièrement des anges descendus des cieux pour planter de leurs épées vengeresses les corps amorphes des vers de terre entassés que sont les Hommes, elle se pose bien. En plus, ce qui est marrant avec les anges, c’est qu’ils sont ornés de corpse saints du meilleur effet. Vraiment pas mal, Dark Throne nous avait habitué à plus sobre… Et ce n’est pas pour déplaire qu’il en soit ainsi. Maintenant, la musique a elle aussi un peu évoluée (attention, j’ai bien écrit UN PEU). En plus niveau trendy, une intro bruitiste est de nouveau de sortie.

Comment foutre dieu!! Dark Throne a évolué?! Le fan ultime doit se secouer dans son tombeau. Pas de malaise pour autant, l’évolution reste minime et totalement dans l’esprit du groupe, à savoir indépendance musicale. Le son est juste devenu plus rock 'n' roll avec une place nouvellement forte accordée à la basse qui balance la purée avec véhémence, miam, tandis que l’esprit général, comme l’a affirmé Nocturno Culto dans des interviews, est résolument punk. D’ailleurs c’est dans cet indécrottable entêtement borné de n’en faire qu’à sa tête que Dark Throne affiche son côté punk. Son côté rock 'n' roll s’affirme au-delà du son, dans certains riffs. Celui qui ouvre "Sacrificing To The God Of Doubt" est à ce point éloquent. Un groove indéniable, une pêche évidente et une envie de se déhancher honteuse suinte de toute part. C’est bizarre d’écrire ça en parlant de la musique de Dark Throne et pourtant ce n’est pas étonnant le moins du monde.

Comme toujours avec ces diables du black metal c’est naturel. Tenez, je viens d’écrire pour la première fois seulement black metal alors qu’on parle de Dark Throne. Comme quoi les temps ont bien changé. Ne vous fourvoyez pas pour autant. Fenriz et Nocturno Culto sont les maîtres absolus du genre et le démontrent avec toujours autant d’aisance. Le son est terriblement glacial, nécro… black metal! Et puis les riffs techniquement ridicules sont quand même toujours fermement ancrés dans le black. Car franchement, oser mettre sur un CD payant une chanson comme "Hate Is The Law" (avec un magnifique Fenriz au chant) avec un accord unique répété pendant vingt secondes et ce plusieurs fois dans la chanson…

De toute façon il ne faut pas confondre touches rock ou punk, et virement entier de bord, surtout dans le cas de Dark Throne. Ce groupe n’a pas pour but de révolutionner la musique à chaque album, non, il la purifie à chacune de ses interventions (divines). Là il s’est trouvé que ça passait par plus de groove. Ainsi soit-il. Pour ma part, je ne peux qu’encore une fois saluer respectueusement cette démarche ultimement personnelle et en dehors de tout courant. Dark Throne ne connaît que sa mélasse, ne sait faire que sa mélasse et n’a de toute façon envie de faire que sa mélasse. Elle a beau changer de forme de temps à autre, le fond darkthronien est là. La patte du groupe est omniprésente et c’est en cela qu’il est génial. Malgré ces petites évolutions, il sonne comme toujours. Certes là on bute sur les limites de mon objectivité, mais dîtes vous bien que si un groupe met dans un tel état, c’est qu’il en a sous la patate quand même.


Du rock, du punk et énormément de black cohabitent pour délivrer une nouvelle preuve de la toute puissance de Dark Throne. Certes, il n’y a pas ce confinement au suprême qui rayonnait sur tous les autres disques (sauf Total Death), mais son atmosphère si particulière sait prendre son temps pour se faire découvrir. Et je parie 10€ que j’apprécierai bien plus ce disque dans six mois.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4