1659

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Mike Rakhabit
(chant+basse)

-Al Bino
(guitare)

-Eric Melvin
(guitare)

-Erik Shun
(batterie)

TRACKLIST

1)Day to Daze
2)Five Feet Under
3)Professional Crastination
4)Mean People Suck
5)Vanilla Sex
6)S&M Airlines
7)Drug Free America
8)Life O'Riley
9)You Drink, You Drive, You Spill
10)Screamin for Change
11)Jaundiced Eye
12)Go Your Own Way

DISCOGRAPHIE


NOFX - S&M Airlines
(1989) - rock punk - Label : Epitaph



NOFX c’est comme des tessons de bouteille dans le cul. Au début, ça fait mal, on n’apprécie vraiment pas et tout ce qu’on aimerait, ce serait se les sortir de l’orifice défécal. Puis ensuite, on commence à saisir l’évolution de la chose et on apprécie. Mieux, on aime puis on fond en adoration et on s’assied de bon cœur sur notre paire de fesses pour insérer les tessons au plus profond de notre fierté anale. Ainsi, NOFX sortit dans les années 80 des bouses d’une sous-musicalité assez effarante qui ne rivalisaient que de médiocrité. Puis au sortir de ces douloureuses années 80, NOFX tint le bon bout, il allait faire du BON punk rock!

Ainsi naquit S&M Airlines. Cet album qui vit le jour en 1989 présente enfin NOFX sous le jour qui lui sied le mieux et qui ravit constamment mes oreilles. Oubliées les défuntes années maudites du culte du mauvais goût. NOFX décida (quelle préciosité cela apporte que de conjuguer ses verbes au passé simple) que le temps de l’excellence était venu. Le résultat ne se fit pas attendre et vas-y-t’y pas que je te déboule avec un album de maboul! Petite intro à la batterie qui ne met pas dans l’ambiance mais on s’en fout, NOFX baboule! Le reste ne sera qu’un déluge de riffs truculents nappé de chant pitoyable. Et oui, même la caractéristique constitutive de NOFX qu’est ce chant minable est déjà présente (et en pire!). Si ça c’est pas de la balle bombesque. Quoiqu’il en soit, cela n’empêche en rien cet album de figurer fièrement dans la discographie fort riche désormais du groupe. On ne pourra lui reprocher que ce fameux chant déplorable et une production bien punk, soit garagesque.

Mais passés ces reproches, ma foi, difficile de trouver à dire quoi que ce soit à dire. La musique est toujours entraînante, possédant un groove très certain et est nantie de cet allant emballant toujours excellent. Bien évidemment, le cerveau de nos jeunes punkers n’est pas dans un état meilleur que celui qui est le sien actuellement, et donc les paroles sont toujours d’une stupidité profonde, mais assumée (ou alors, naturelle?). Mais faisons foin de tout cela car de toute façon la musique de la bande de joyeux drilles s’en accommode parfaitement, n’étant pas elle-même franchement recherchée. Et cela n’empêche pas les mélodies ultra dominatrices (oh oui, frappe-moi!) de se révéler tonitruantes, truantes et délicieuses. On trouvera en plus d’icelles des modulations de chant délectables … bon ok, ils prennent juste des voix de mongoliens, mais ça fait plisir comme dans "Scream For Change". N’oublions pas non plus que lorsque le propos se fait grave (vachement) sur "Drug Free America", le groupe balance son meilleur riff ever.


Vous l’aurez compris de vous-même si vous êtes intelligent, accompagné si vous êtes un peu plus niais, cette forme circulaire est de très bonne qualité et enchantera vos oreilles pour peu que vous soyez fan du genre. Après cinq bonnes années, je n’en suis point lassé, dieu me garde, et j’en éprouve toujours un plaisir intact à chaque écoute. Pas la peine de tourner autour du pot pour vous dire que c’est un bon investissement, qui ne révolutionnera pas votre vie, mais qui apportera bonheur et joie de vivre chez vous.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1