16991

CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
Cette chronique a été mise en ligne le 04 mai 2015
Sa note : 16.5/20

LINE UP

-Sandy
(chant)

-Olivier
(guitare)

-Coco
(claviers+piano)

-Anthony
(basse)

-Chris
(batterie)

TRACKLIST

1) On My Own
2) Nescience,
3) The Field Of Minds
4) The Fear Of Loss
5) Let The Light Take Us
6) White Bird

DISCOGRAPHIE

The Last Embrace (démo) (2003)
Inside (2006)
Aerial (2009)
Essentia (2013)
The Winding Path (2015)

The Last Embrace - The Winding Path
(2015) - rock prog aérien - Label : Longfellow Deeds



Ce qui est agréable dans le rock progressif, c’est cette invitation au voyage, cette perte dans les méandres de la musique. Ce principe-là, les Français de The Last Embrace semblent l’avoir saisi avec leur dernier album The Winding Path. Avant d’en arriver à la conclusion que le groupe était indubitablement ancré dans la sphère progressive, il aura fallu passer par Essentia, une version épurée de morceaux issus de leurs précédents albums. Cette étape leur aura permis de remettre certaines idées en place, de mieux les agencer et cela se voit dans leur dernière offrande.

Car c’est bien ce qui ressort à l’écoute de The Winding Path, tout semble bien agencé, tout est à sa place. Prenons quelques exemples : la voix de Sandy peut tranquillement briller sur de nombreux passages, que ce soit dans les moments calmes de l’epic "The Field of Minds", la montée tout en cordes de "On My Own" ou le morceau acoustique "The Fear of Loss". Une vraie réussite qui était moins évidente sur Aerial où tout semblait être trop chargé par instant, noyant la chanteuse dans les déluges de guitares et claviers. Et si sa voix s’avère mieux placée dans les compositions, c’est aussi le cas des instruments. Les mélanges sont d’ailleurs fort réussis entre l’instrumental "Let The Light Take Us" et sa mélodie tournoyante, les contrastes entre les couplets sombres et alambiqués de "Nescience" et son refrain pop et lumineux, ou encore les passages acoustiques entrecoupés de gros claviers et guitares sur "The Field of Minds". Clairement, le travail de composition a porté ses fruits et on sent que, bien que l’album ne fasse que six morceaux, tous sont cohérents et bien pensés. On ne s’ennuie jamais. Le travail de réarrangement pratiqué sur Essentia a véritablement fait du bien au groupe qui s’avère donc ordonné et aventureux.
Aventureux, voilà le mot qui peut vous surprendre. Et pourtant, le dernier né de The Last Embrace l’est assurément.  Car les français lâchent de plus en plus leurs racines de metal atmosphérique pour se parer de teintes progressives. Bien sûr, "On my Own" ou "Nescience", voire "The Fear of Loss" ne surprendront pas l’auditeur qui restera dans des territoires connus, mais des morceaux comme "The Field of Minds" ou "White Bird" plongent directement l'auditeur dans les entrailles du rock progressif. On y dénichera notamment l’influence de Camel sur un "White Bird" un peu trop long, les montées post-progressive de Marillion sur "On My Own", du Dream Theater sur les passages instrumentaux de "Nescience" ou "The Field of Minds". Bref, de quoi se faire plaisir à l’écoute d’autant que la production s’avère encore une fois limpide et que, pour rajouter un peu de naturel, le quatuor à cordes qui officiait sur Essentia revient et donn au tout une fraîcheur bienvenue (la deuxième partie de "On My Own", le passage instrumental final dans "The Field of Minds"). C’est d’ailleurs ce morceau qui brille le plus sur l’album, imposant pendant 18 minutes diverses ambiances, la guitare d’Olivier et les claviers de Coco brillant tour à tour via des mélodies entêtantes alors que les passages plus calmes collent parfaitement à la voix de Sandy. Bref, pour une première, c’est une vraie réussite.


Maîtrisé de bout en bout, The Winding Path gomme les surplus d’Aerial tout en empruntant davantage au rock progressif. Pendant un peu moins d’une heure, The Last Embrace nous embarque dans un rock progressif subtil où la guitare se mêle aux cordes et aux claviers tout en laissant une place non négligeable au chant de Sandy. Une métamorphose réussie !

Un commentaire ? Un avis ? C'est ici.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6