16993

CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
Cette chronique a été mise en ligne le 04 mai 2015
Sa note : 13/20

LINE UP

-Hayley Griffiths
(chant)

-Enrico Pinna
(chant+guitare)

-Cagri Tozluoglu
(claviers)

-Ian Jones
(guitare+basse+claviers)

-Jimmy Pallagrosi
(batterie)

TRACKLIST

1) Road to Cairo
2) Because of You
3) Poison Ivy
4) Forbidden Dreams
5) Borderline
6) Fairytale Lies
7) Feels Like Home
8) Secrets of Angels


DISCOGRAPHIE


Karnataka - Secrets of Angels
(2015) - rock prog celtique - Label : Autoproduction



Il était étendu là, par terre. Etalé de tout son long, il me regardait, le visage implorant, regrettant déjà le mal qu’il m’avait fait, promettant mille merveilles pour les prochaines rencontres à venir, mais c’était trop tard. Il m’avait trahi, lui qui avant me procurait tant d’émotions, tant de joie. Sa lumière s’est éteinte à l’écoute de sa nouvelle offrande, plus jamais il ne sera la même. Le déchirement était trop fort, trop intense : il me fallait oublier son écoute. Oublier que Ian Jones, maître à penser de Karnataka, avait composé un album aussi décevant.

Comprenez-moi, The Gathering Light, son ancien disque, représente encore pour moi un véritable bijou du rock progressif celtique. Tout y est parfait, l’intro au Uilean Pipe invitant l’auditeur au voyage, les envolées instrumentales tout en finesse, la voix de Liane Fury, mais surtout la construction intelligente et subtile des différents morceaux et la création de multiples mélodies entêtantes. Bref, The Gathering Light est une œuvre qui m’a profondément marqué. C’est dire si sa suite était attendue. Pourtant elle tardait à venir, vicrime de changements de line-up incessants. C’est alors avec excitation que j’entendais que le line-up se stabilisait, que le groupe avait composé un nouvel album et qu’il tournait. Excitation donc et à l’écoute de The Secrets of Angels, la déception vint lentement.
Car l’album est loin d’être mauvais, il est même objectivement plutôt bon. Mais la magie qui régnait dans The Gathering Light a disparu. Trop souvent les arrangements subtils laissent place à des chœurs et des orchestrations à tout va, délaissant le côté prog du groupe. Bien évidemment, tout n’est pas comme ça, "Road To Cairo" garde des sonorités exotiques fort plaisantes, "Because of You" possède des lignes de chants remarquables, tout comme la sublime "Feels Like Home". L’epic final de 20 minutes est également très bien construit utilisant à bon escient passages instrumentaux et le Uilean Pipe de Peter Donockley. Hayley Griffiths s’en sort même admirablement bien, chantant de façon très juste pendant presque tout l’album et possédant assez souvent des lignes de chants qui la mettent en valeur.
Et pourtant… la durée des morceaux le montre, la place des instruments a été réduite à la portion congrue. Il n’y a presque plus de solo et seul "Secrets of Angels" sort son épingle du jeu en proposant un final absolument admirable, une des seules vraies réussites avec la lumineuse "Feels Like Home" qui font repenser au disque précédent. Pour le reste, les refrains sont trop souvent répétés, les constructions assez classiques et les orchestrations font perdre pas mal de la subtilité de l’ancien opus. Bien sûr, par moment cela marche plutôt pas mal comme sur l’entêtant "Poison Ivy", mais quand le morceau ne veut pas passer cela donne des titres aussi insipides que "Fairytale Lies" ou "Forbidden Dreams". Dommage, car les bonne idées restent quand même assez présentes, mais Karnataka a perdu beaucoup de sa subtilité. On est bien loin d’un morceau aussi riche que "The Serpent and The Sea".


S’affranchissant d’une bonne part de son héritage progressif, Karnataka a tenté de lorgner du côté de Within Temptation et consort. Si le résultat est loin d’être infamant, Secrets of Angels perd ce qui faisait la force de The Gathering Light : les digressions progressives subtiles. Les deux derniers morceaux renouent un peu avec cette magie, pour le reste il faudra se contenter d’une belle voix et de quelques orchestrations au détriment du son naturel du précédent album. Vraiment dommage…

Un commentaire ? Un avis ? C'est ici.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4