17109

CHRONIQUE PAR ...

116
Lotus
Cette chronique a été mise en ligne le 02 septembre 2015
Sa note : 12/20

LINE UP

-Damien Mapson
(chant+guitare)

-Chris Percival
(basse)

-Trudy Percival
(batterie)

TRACKLIST

1) I Wish Guillermo del Toro Was My Dad
2) Crushed Under Foot
3) Swelter
4) Charlton Heston Was Right To Be Scared
5) Data Blues
6) He's Already Fought A Spider


DISCOGRAPHIE


D:Roid - Terror From Above
(2015) - rock doom metal sludge groove - Label : Autoproduction



Je suis pour la mixité, qui est à elle seule une méthode sûre de jouer quelque chose de nouveau, ou du moins qui sonne tout comme. D:Roid tente la mixité au sein du même style: sludge + doom + noise rock (un chouia). Quoique pas innovant pour un sou, le mélange à déjà fait ses preuves. Alors ici, bien ou pas ? Bof.

Pas la peine de sortir le pavé poétique habituel. Nous procéderons de manière courte et brève, efficace et directe. C'est d'Angleterre que la galette est lâchée et pourtant, l'influence du pays n'y est pas... En effet, D:Roid sonne Américain à 100%. D:Roid sonne comme si Pantera organisait une fête d'ado prépubère avec Eyehategod, de l'alcool très fort et de l'herbe. L'influence de ces derniers est très présente : les riffs catchy s'enchaînent, parfois faussement sombres comme un Eyehategod pas sérieux, et parfois comme un Pantera... Pantera. C'est plutôt ça qui dérange. La musique n'est pas en adéquation avec l'image que le groupe souhaite projeter. Les vocaux sont ivres et haineux - jusque là pas de problèmes - mais les riffs ne suivent pas... Certes ils sont imbibés de groove, mais où est la crasse ? Où est la haine ? Où est la méchanceté du sludge ? Avons-nous affaire à une blague ou à une tentation de mixité peu maitrisée ? Certainement la deuxième option. En laissant ces soucis de côté, la musique est sympathique, passe bien en fond sonore pour une soirée et est accessible. Par contre les gars, sur dix-neuf minutes de musique, on aurait très bien pu se passer de l'outro samplée pour un autre morceau.

Premier essai pour D:Roid. On sent une présence d'idées pas mauvaises du tout, mais la qualité d'exécution et de mise en œuvre de ces idées n'est pas encore au rendez-vous. Encore à la recherche de son identité, D:Roid nous envoie une galette mitigée, ni bonne ni mauvaise. Moyenne. Dans la masse...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5