17196

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 12 novembre 2015
Sa note : 15/20

LINE UP

-Joe Stump
(guitare)

-Fransisco Palomo
(claviers)

-Jay Rigney
(basse)

-Jeffrey "Jeff" Hale
(batterie)

Guests :

-Dean Cascione
(guitare sur "Brothers In Shred")

-David Shankle
(guitare sur "Brothers In Shred")

TRACKLIST

1) Hostile Takeover
2) Stratomaster
3) Out for Blood
4) The Black Knight Returns
5) Tortured Soul
6) The Dark Lord’s Allegro
7) Staring into the Abyss
8) Concerto No.2 in B Flat Minor
9) Neo-Classical Shredfest No.4
10) Battle Tested
11) Brothers In Shred

DISCOGRAPHIE


Stump, Joe - Dark Lord Rises
(2015) - shred instrumental neo-classic - Label : Lion Music



S'il y avait un prix Nobel du Zero Fuck Given, peu de doute : il serait attribué à Joe Stump. Je vois déjà les esprits chagrins s'exclamer qu'en 2015, le shred est mort, que ça manque de swag, que les arpèges c'est so 90's et qu'avec l'avènement du stoner et de la slow attitude, il n'y a plus aucun intérêt pour les tempos supérieurs à 90 ou pour les doubles croches. Oui, mais Joe Stump, lui il s'en fout, et ses fans aussi. Plus vite, plus dingue et fuck the mainstream : non mais y' a qu'à voir la couverture et le titre de cet album pour en être convaincu, hein.

Photomontage honteux que même Malmsteen n'aurait jamais osé faire et tracklisting aux relents du pire de Manowar : rien n'a changé, et tant mieux. C'est comme ça qu'on l'aime notre Joe Stump, droit dans ses bottes, la six-cordes en feu, la crinière fièrement emmêlée et les breloques pendouillant de partout. Mais surtout : décomplexé et en mode « qui m'aime me suive et si je me retrouve seul RAF ». Mais il ne sera pas seul : la confrérie du shred sera toujours là pour soutenir le Shredlord, l'un des derniers représentant de sa race, luttant encore et toujours contre l'envahisseur mainstream qui impose son diktat et sa mode. L’astéroïde qui viendra décimer les vieillissants derniers dinosaures du shred n'est pas encore arrivé : le Maître est là, et le Maître est en forme.
Paf, premier titre : "Hostile Takeover". Ses riffs bien gras qui dépassent de partout, ces mélodies simples et jaillissantes, et ses kilomètres de solos supersoniques, organiques, sales et très largement improvisés : voilà, madame est servie, le ton est donné, accrochez vos ceintures on a encore de la route à faire. Encore ? Eh bien voilà "Out Of Blood", brûlot purement shredmetal avec un taux de notes par secondes indécent, des arpèges en mineur mélodique et de la double grosse caisse partout. Vous cherchiez de la subtilité, un travail d'orfèvre, ciselé et poli avec un soin méticuleux ? Non, ici c'est la généreuse tarte dans le visage, une maîtrise qui ne s’embarrasse pas de perfection, un son sale et huileux (écoutez "The Black Knight Returns" et son introduction tellement grasse, mais aussi sa mélodie au bottleneck) et une intensité illustrant parfaitement l'adage « la nature a horreur du vide ».
Et pourtant, malgré son classicisme absolu, Joe se permet quelques nouveautés comme le blast de "Staring Onto The Abyss" et son ambiance presque black metal, là où l'atmosphère est en général plutôt gros heavy. Si la soupe ne change pas radicalement de goût, il est toujours plaisant de découvrir un élément nouveau ne trahissant pas l'esprit des lieux. Un petit concerto plus tard (guitare + clavecin) et Joe nous déroule son "Neo-Classical Shredfest N°4" bien barré, avec un originalité-o-mètre coincé sur 0 mais une efficacité et une incision redoutables. Concluant avec un "Battle Tested" un peu mou et parfaitement canonique puis un bonus track avec deux guitaristes invités au style insipide, Dark Lord Rises s'achève avec le sentiment du devoir accompli : « Shred's not dead ».


Rien d'autre à ajouter. Si vous souhaitez être admis à la prochaine Shredfest, vous savez ce qu'il vous reste à faire. Avec Joe Stump, le contrat est connu d'avance et rempli avec un engouement quasi sans faille (bon, sa carrière reste inégale, mais sa motivation et son intégrité incontestables). Il ne vous reste qu'à le signer et à lâcher prise, à oublier ce qu'on vous a appris : le shred, c'est sain, c'est bon, et ça vous rendra fort (à défaut de beau). L'essayer, c'est l'adopter.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5