17273

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 26 janvier 2016
Sa note : 12/20

LINE UP

Verräter :

-J.
(chant)

-D.
(guitare+basse)

-N.
(batterie)

Sxuperion :

-Sxuperion
(tout)

TRACKLIST

Verräter :

1) Malignant Benign
2) Vagrant
3) Deny Peace (Pleasure in Pain)

Sxuperion :

4) Vibration I
5) Vibration II
6) Vibration III
7) Vibration IV
8) Vibration V

DISCOGRAPHIE

Split (2015)

Verräter + Sxuperion - Split



Un split de groupes américains, voilà qui peut changer du paysage black metal habituel, surtout lorsque vous êtes habitués, et autant l’avouer, vous sélectionnez, les sorties européennes. Black américain, on pense bien sûr aux Leviathan, Xasthur et autres Wolves in the Throne Room. Deux one man bands soit dit en passant. Sxuperion ici présent rempli cette case. Verräter est plus classique, se fendant de trois personnes physiques. En général, qui dit split, dit groupes peu connus, et c’est en tout modestie qu’il faut avouer qu’ils ne sont pas bien connus. L’occasion sûrement de donner de la visibilité à deux entités en devenir.

Effectivement, l’un comme l’autre ont au maximum deux albums dans le buffet, plus un chapelet de démos à n’en pas douter très obscures. Il s’agit de terrain à défricher donc, si ce n’est à déminer. Verräter a l’honneur d’ouvrir les hostilités. On sait le black metal américain friand des accouplements plus ou moins forcés avec le death metal ou le pur atmosphérique. Verräter ne s’encombre pas de ces chichis inutiles. Black metal toute. Ultra classique dans sa démarche et sa production très crue, Verräter ne réfléchit pas beaucoup, on blaste, on crie, on envoie des riffs agressifs. On se rapproche de la Norvège par certains aspects (l’ambiance globale), de l’Ukraine par d’autres (la crudité). Peu original en corolaire, ce qui n’est pas un problème dans le cas présent. Le but du groupe est sans aucun doute de prodiguer sa dose en metal noir sale et violent à tout amateur digne de ce nom et le contrat est rempli. Bien sûr, le manque total de finesse interdit tout accès aux sphères supérieures du bon goût et de l’excellence faite black metal.
Vient le tour de Sxuperion dont on taira les blagues sur le nom. Il s’agit du plus productif des deux, tant sur l’album que dans les sorties en général. Peut-être cela indique-t-il une maturité plus grande et une maîtrise des compositions plus approfondies? Ou alors est-ce le signe d’un one man band qui ne donne pas de concert et sert d’exutoire à son maître à penser. Encore une fois, on trouve un black metal tout à fait classique, très cru et d’obédience européenne à la manière de son congénère avec qui il partage le temps de travail. Violent assurément, il use plus de la réverb sur le chant ce qui donne un côté lointain et donc plus lancinant ou dépressif à la tonalité globale de l’album. Néanmoins, les deux groupes officient dans une veine proche bien qu’ils possèdent tous les deux leur personnalité. Sxuperion arrive ainsi à nous arracher des cris de douleur dans son désarroi et son déchirement total. Même remarque que pour Verräter, à nuancer toutefois par des variations plus amples de tempo et d’ambiance, les compositions ne prêtent pas à une réflexion intense même si Sxuperion arrive à convoyer une sacrée atmosphère.


Un split relativement homogène pour ses deux faces qui plaira sans aucun doute aux amateurs de black cru et direct. N’y attendez aucune originalité patente, seulement du bon vieux black metal droit dans la gueule avec ses qualités de violence et de froid et ses défauts d’un peu ras du front. Selon l’orientation de chacun, Verräter ou Sxuperion aura la préférence, mais en terme de qualité, on navigue dans du similaire.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7