17288

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 02 février 2016
Sa note : 11/20

LINE UP

-Ceccardi Cristian
(chant)

-Sassi Riccardo
(guitare)

-Iori Lorenzo
(basse)

-Pinotti Riccardo
(batterie)

TRACKLIST

1) Freak
2) OneLegDance
3) Bricks and Concrete
4) Sacred Love
5) Rundown 
6) Colors
7) Deconstruction
8) Obey
9) One Step Back
10) This is not the End

DISCOGRAPHIE


Onelegman - Do you really think this world was made for you
(2015) - rock - Label : Buil2Kill Records



Parfois, pour se différencier dans l’immense monde du rock, mieux vaut choisir un titre à rallonge. Onelegman a donc choisi d’intituler leur deuxième album Do You Really Think This World Was Made For You. Une fois cela dit, que nous proposent les Italiens ? Après plus de 10 ans de carrière déjà (et seulement deux albums), ils changent de cap en souhaitant proposer une musique plus rock, mais surtout plus mélodique. Ce choix est-il pertinent ? Pas sûr.

Je vais être honnête : on m’a vendu Onelegman comme un groupe de rock prog. Alors voir des morceaux dépasser péniblement les trois minutes, je l’ai gardé en travers de la gorge. Les Italiens vont à l’essentiel avec des structures de morceaux limpides. La musique alterne passages heavy suivis de couplets mélodiques. Du classique en quelque sorte dans le rock, qui ménage la chèvre et le chou. Mais est-ce qu’on fredonne plus qu’on ne headbangue dans cet album ? Hélas, ni l’un ni l’autre. S’il est difficile de ne pas admettre les qualités du groupe à l’écoute de l’album, l’accroche n’est pas là. Les passages heavy sont trop rares et pas assez percutants. Quant aux passages mélodiques, souvent les couplets, ils manquent vraiment d’énergie et… de mélodie. Les morceaux ne sont pas mauvais, mais on n’en retient pas grand-chose. Et rapidement, la musique fatigue un peu en tirant les mêmes ficelles du début à la fin.
Onelegman est un groupe qui exploite mal ses qualités. Ainsi, la section rythmique est clairement son point fort. Capable de rythmes alambiqués et syncopés, dotée d’un bassiste produisant des passages intéressants, elle est sous-exploitée. Le chant est très mis en avant alors que c’est loin d’être le point fort. La voix de Ceccardi Cristian semble souvent trafiquée et ses lignes de chant sont loin d’être mémorables. Trop de passages moyens se retrouvent sur l’album, empêchant les morceaux de vraiment nous emporter. D’ailleurs, les tueries manquent un peu dans l’ensemble. Seul "Bricks and Concrete", en attaquant fort, titille vraiment l'auditeur. La qualité des morceaux est relativement homogène, mais il n’y a pas de pic d’adrénaline. D’ailleurs, l’album mériterait un peu de variété dans sa construction, les chansons se ressemblant souvent dans les riffs et les intentions. Et quand, avec "OneLegDance", le groupe possède un morceau qui percute bien, il le gâche par des sifflements qui empêchent l’auditeur d'apprécier la tension du morceau. Dommage.


Onelegman évolue ici vers une musique plus mélodique et moins énergique. Le choix n’est pas vraiment payant, car il fait ressortir les défauts du groupe. Sur leur premier album, la puissance des morceaux compensait certaines lacunes. Ici, elles sont criantes. Et devant la qualité de certains passages, on ne peut qu’être déçu par l’impression poussive de l’ensemble.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3