173

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Shaq
(chant+basse)

-Marc
(chant+guitare)

-Charles
(chant+guitare)

-Alex
(batterie)

TRACKLIST

1)Dat_P
2)Wash My Hands
3)Blossom
4)Odyssey Pilot

DISCOGRAPHIE

Pilot (2004)

Data Princess - Pilot
(2004) - post rock - Label : Autoproduction



Je tiens entre mes mains un objet assez étrange, à vrai dire. Cet EP venu de nulle part (enfin, si, de Paris pour être exact) m'a très étonnamment partagé, le cul entre deux chaises, entre admiration et une volonté de dire « peut faire encore mieux ». La musique que joue Data Princess a cet atout immense que d'être totalement originale et déconcertante, par la même occasion. Dans quoi classer cette musique? Rock? Metal? New wave of french rock/metal? Une autre de ces étiquettes pompeuses? Nooon. Comme le dit si justement le pressbook, le groupe franchouillard a « digéré ses multiples influences »; digéré est un faible mot, je dirais plutôt accommodé à sa sauce vitriol.

Pilot est tracklisté en forme de crescendo, passant d'un premier titre ("DAT_P") aux accents rock subtiles et distillés de façon à captiver l'auditeur (la dernière minute du titre, splendide, doté d'une signature de guitare enthousiasmante), des tendances extrêmes de "Wash My Hands" (qui se termine aussi de façon apocalyptique) et "Blossom" (au chant ultra schizo et allumé) pour finir sur un "Odyssey Pilot" complètement à part, hybride, sorte de mélange des trois premiers titres. Ce que l'on remarque au fil des écoutes, c'est une tendance à la recherche sonore et à l'inventivité. A la rigueur, si ces quatre zouaves sont inspirés par différents styles de musique, ils ne se contentent pas alors d'en recopier bêtement la recette, ce qui est un point hyper positif.

Techniquement, c'est très honnête, avec une mention spéciale pour les guitares électro-acoustiques, qui donnent une touche très personnelle à l'ensemble; ensemble qui, même s'il est relativement court, demeure varié et intéressant. Reste un chant pas vraiment classable, qui peut au choix ou rebuter ou faire marrer. Moi j'ai du mal à accrocher, mais à mon avis, le chant n'est pas la composante la plus intéressante de la musique de Data Princess, au jour d'aujourd'hui. En bouche, il y a ce petit côté Oceansize, barré, atypique, qui fond doucement sur le palais. Ce qui n'est pas un mal en soi... Loin de là.


Maintenant, je pense que sur la longueur, ce groupe a quelques bons petits arguments à claquer sur la table. Reste à transformer un essai très prometteur, qui demande à être plus construit et mieux produit.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1