17358

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 22 avril 2016
Sa note : 15/20

LINE UP

 -Keijo Niinimaa - "G"
(chant)
 
-Mika Aalto - "Q"
(guitare)
 
-Kristian Toivainen
(basse)

-Sami Latva
(batterie) 


TRACKLIST

1) Lazy Asses
2) Intellect
3) Fear of Shadows
4) Trashmonger
5) Crooked
6) Time for the Fix
7) Slave to the Rats
8)
Brainwashed
9) Cannon Fodder
10) Yellow Pain
11) Machine
12) The Clerk
13) Caged
14) Retaliation
15) Inhumane Treatment
16) Extortion and Blackmail

DISCOGRAPHIE


Rotten Sound - Abuse to Suffer
(2016) - grindcore Rhoooo punaise la mandale ! - Label : Season Of Mist



«Abbbbbiiiiiooouuuuuuzzzzeee tooouuu sseuuuuuffffeeeeuuuuurrr ». Ne perdons pas de temps, le nouvel album des Finlandais se place dans les meilleurs opus de la discographie du groupe.  Comment expliquer au mélomane lambda que ce nouveau bousin des vieux Rotten Sound est un pur plaisir pour les adorateurs d'oreilles éviscérées par les décibels ? Arf ! On n'explique pas : on subit et on voit ce qu'il en ressort.

Peu de  groupes sont encore en activité avec une carrière entamée en 1993, En même temps difficile avec le genre pratiqué de vivre de son art. La longévité s’explique peut être et surtout par la passion restée intacte (tant qu'il y aura de la colère, il y aura du grind). Le groupe, au fil des albums, aura plus ou moins exploré différentes façons de produire leur musique mais avec le dénominateur commun de toujours jouer méchamment fort et et énergiquement violent. Abuse to Suffer n'échappe pas à la règle avec une recette toujours « fausse polémique » et dite héritière du cousin Nasum où les riffs explosifs atomisent de facto tout simplement tout. Le principe se vérifie que le tempo soit immédiatement et volontairement rapide ou lorsque le groupe « prend son temps» (notons les guillemets). S'installe à chaque fois une malsaine ambiance qui de toutes façons si elle n'explose pas son auditeur, elle le comprimera sans vergogne. 
Au delà de la musique extrême, et tout aussi paradoxale que cela puisse être, Abuse To Suffer reste pourtant accessible. D'abord grâce à une très grosse production: sur le jeu de batterie où martelages, mitraillettes, blasts et autres roulements prennent suffisamment de gras pour donner une dimension certaine à la violence née de la rythmique. Ensuite, sur le son des cordes : guitare ou basse, celles ci sont également largement roulées et panées dans un bon gras nourri de medium et basse.  Le rendu se rapproche de ce qu'on peut retrouver depuis quelques années maintenant dans le genre. Ajouté à toute cette approche diverses ambiances distillées selon les titres, il se dessine un global et sublime son cradingue à souhait. Ou pour résumer:  comment réussir à faire du crade avec du propre et rendre ça jouissif.
Le dernier point notable reste les vocaux. Si ces derniers sont d'habitudes et pour le genre plus éructés que growlés,  Keijo Niinimaa pose ses gueulements plutôt dans un registre death. Ces faux écarts n'entachent en rien le rendu global. Toute cette cacophonie organisée permet en moins d'une demi heure et seize titres de lancer l'année 2016 avec une grosse référence pour le grind et a fortiori la musique extrême. Et s'il faut relativiser on peut admettre quelques compositions standards et moins remarquable. Mais une fois que la machine est lancée, de nombreux passages déchirent l'auditeur qui ne peut qu'encaisser plus ou moins facilement les « titres mandales » . La durée est finalement suffisante que l'écoute soit agréable et divine pour les uns ou difficile pour les oreilles pas encore tout à fait prêtes à cette énergie quasi-pure.


A bon entendeur ..Salut ! Le dernier Rotten Sound fait mal , très mal, très très mal. Une belle cure de violence grind comme on aime les découvrir et les subir. Dans les codes du genre mais suffisamment travaillé pour refléter le gros caractère du groupe, Abuse to Suffer est une des très bonne sortie de ce début d'année et sans prendre de risque devrait largement tenir les multiples écoutes.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7