1741

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 01 mars 2008
Sa note : 17/20

LINE UP

-Adrien
(chant)

-Tim
(guitare)

-Tink'
(guitare)

-Bastien
(basse)

-Quentin
(batterie)

TRACKLIST

1)3120574v30
2)The Reject
3)Call of Stupidity
4)Mind Over Matter
5)Matter Over Mind

DISCOGRAPHIE


Mindslaved - Mind Over Matter (démo)




Le parcours de Mindslaved est assez sinueux. Le groupe s'est formé en mars 2005 sous la forme d'un trio, est resté sans chanteur fixe pendant plus d'un an et n'a stabilisé son line-up qu'en juin 2007, le guitariste Tink' étant arrivé pile pour l'enregistrement de la démo chroniquée dans ces lignes. Il semble donc que 2008 sera l'année où ils seront enfin assez solides pour se lancer réellement dans l'aventure... et à l'écoute de la musique de Mind Over Matter on ne peut que leur souhaiter le meilleur.


Une fois n'est pas coutume, commençons par les reproches à faire à cette démo. Le plus évident concerne l'amateurisme qu'elle dégage : dès les frappes de grosse caisse de l'intro "3120574v30" on se rend compte que tout ça n'est pas exactement en place, et le décalage avec le côté carré et chirurgical de la plupart des albums signés est frappant. Il est habituel pour la section rythmique d'être légèrement en retard sur le temps, des fausses notes ou des frisouillis viennent se glisser dans les soli, les arpèges ne sont pas toujours exactement calés... bref c'est un peu brouillon. Il faut dire que le son vraiment très cru renforce ce côté groupe de garage : les guitares sont en particulier vraiment roots, et encore une fois c'est le décalage avec les surproductions qu'on peut trouver ailleurs (y compris dans des démos) qui marque l'auditeur moyen habitué à se manger du son de porc balancé par des virtuoses de seize ans. Mais si cet auditeur moyen s'arrête à cette première impression c'est surtout dommage pour lui...

Car oui, le chant hurlé dans Mindslaved (évoluant entre growl death et braillements hardcore) n'est pas des plus fins ou des plus maîtrisés. Oui, les salves de double pédale ne sont pas calées à la microseconde comme chez les collègues. Mais bon sang, que tout ceci regorge d'idées plus qu'excellentes ! Partis d'une base thrash / death, les Mindslaved ne se laissent arrêter par aucune barrière musicale et balancent non seulement de très bons riffs mais également des plans surprenants d'inventivité et des enchaînements réussis... et chaque compo aligne ainsi des moments de grâce qui laissent pantois, comme ce break lead totalement imprévisible dans "Call of Stupidity" qui débarque à 1'44 et voit les guitares se lancer dans un développement jouissif avant de repartir de le ramonage intense. La manière dont la compo enchaîne les plans comme à la grande époque tout en restant cohérente est emblématique : là où un Divinity s'empêtre dans sa propre virtuosité et propose une soupe informe, Mindslaved reprend la vraie dynamique thrash.

Ca s'appelle la juxtaposition intelligente : on en met vraiment beaucoup mais sans jamais perdre le fil. Et quand en plus on se permet de couvrir un spectre large et d'être aussi doué dans des mélodies planantes de type post-rock que dans de gros riffs de bûcheron melodeath, que demande le peuple ? Sur les trente minutes de musique que représentent les cinq titres (qui varient de quatre à dix minutes) on sent un groupe ayant pour but principal de développer une identité aussi riche que marquée. La caisse claire militaire, les chœurs envoûtants puis le plan ambient et les chuchotements du postcore "Mind Over Matter" avant que le groupe ne parte dans le death technique... c'est du grand art, autant que la continuité entre les digressions Tooliennes de l'intro de "Matter Over Mind" et le thrashcore féroce qui déboule derrière. Et Minslaved ne fait pas que dans la juxtaposition : chaque riff pris individuellement est exemplaire dans sa manière de lier violence et mélodie... quelle que soit l'échelle d'observation, c'est énorme.


Les défauts évoqués dans le premier chapitre de cette chronique finissent presque par devenir des points forts : ces imperfections renforcent le côté authentique et profondément sincère d'un groupe dont la musique se révèle au final époustouflante. Que l'on soit fan de thrash, de death, de core ou de quoi que ce soit, Mindslaved est une formation d'exception. Un groupe à soutenir inconditionellement... faites qu'ils signent, et vite !

www.myspace.com/mindslaved


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5