17475

CHRONIQUE PAR ...

87
Malice
Cette chronique a été mise en ligne le 29 août 2016
Sa note : 12/20

LINE UP

Pontus Nilsson
(chant+cornemuse)

-Ida Persson
(chant+violon+flûte)

-Daniel Henriksson
(guitare)

-Mats Halldin
(basse)

-Björn Wallin
(batterie)

TRACKLIST

1) Fools Parade
2) Grave Dancer
3) Lies
4) Salvation
5) Black Jig
6) Last Supper
7) Soul Collector
8) A Jester's Confession
9) Dansa I Natt
10) Not my Truth
11) Vädjan

DISCOGRAPHIE


Black Magic Fools - Soul Collector
(2016) - folk metal médieval - Label : Autoproduction



Le metal médiéval n'est pas sous-genre des plus courants, il possède pourtant ses adeptes. C'est le cas du collectif Black Magic Fools, qui livre son premier effort en la matière sous la forme d'un album complet : Soul Collector. Si les prémices (instruments utilisés, imagerie du groupe, etc...) donnent envie, le résultat s'avère cependant loin d'être aussi rafraîchissant que promis. Mais ne soyons pas manichéens : Soul Collector n'est pas un mauvais album pour autant. Ce serait trop facile et ma chronique s'arrêterait là.

Ce qui frappe dans cet album, ce sont ses instrumentations : là où cornemuses et cordes ne pourraient être qu'accessoire, ils sont régulièrement présents et viennent agrémenter les morceaux d'une touche atypique et fortement bienvenue ("Fools Parade" et l'introduction de "A Jester's Confession", deux exemples parmi d'autres). La guitare n'est pas en reste non plus : elle est expressive (tantôt agressive sur le riff d'introduction du morceau éponyme, tantôt faussement apaisée sur celui de "A Jester's Confession") voire mélodique, le temps d'un solo ("The Last Supper", "Lies"). La combinaison de ces différents instruments permet aux Black Magic Fools d'instaurer des ambiances intéressantes et prenantes... mais souvent éphémères, effacées devant des instants moins originaux, qu'ils soient refrains peu inspirés ou moments plus « hard » mais mal inspirés.
Si la sauce ne prend qu'à moitié, c'est en partie à cause de la voix : le chant de Pontus Nilsson se veut expressif mais manque de variété et se montre vite poussif. L'effet est renforcé par des paroles simplistes et peu convaincantes, malgré la sombre histoire racontée. A cela viennent s'ajouter des structures de morceaux classiques mais qui ne marchent pas tout le temps (d'autant plus que les compositions sont plutôt longues). C'est là tout le drame de l'album : s'il est parsemé de bonnes idées, il s'essouffle vite et se répète (le refrain de "Black Jig" ressemble beaucoup à celui de "The Last Supper"). On se surprend d'ailleurs à vite regretter que les meilleurs éléments de Soul Collector ne soient pas plus présents ; l'album, dans son état actuel, tient mal la longueur malgré les efforts du groupe et une sincérité qui se ressent dès les premiers instants. Même la dernière piste, plus calme, ne parvient pas à raviver entièrement l'attention alors qu'elle tranche réellement ! L'auditeur est apathique déjà, c'est terriblement dommage.


Soul Collector n'est pas mauvais mais il aurait pu être infiniment meilleur. Cela se sent : la formation a du potentiel et transmet une énergie bien réelle malgré plusieurs maladresses. Je ne regrette pas d'y avoir jeté une oreille. certains de leurs morceaux m'ont vraiment plu. Cela n'empêche pas que Soul Collector aurait gagné à être plus court et que le groupe aurait mieux fait de privilégier le côté médiéval et instrumental de leurs compositions à l'aspect metal qui - s'il apporte de l'énergie aux morceaux - les rend plus monotones et communs. C'est qu'il faut de l'originalité pour sortir du lot et se faire une place parmi les grands. Peut-être que Black Magic Fools, au prochain opus, y parviendront.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2