17514

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 10 octobre 2016
Sa note : 14/20

LINE UP

-Vrath
(tout)

TRACKLIST

1) The Well of Stars Part I
2) The Well of Stars Part II
3) The Well of Stars Part III
4) The Well of Stars Part IV
5) The Endless Ride of Heaven (early version)

DISCOGRAPHIE


Onirism - The Well Of Stars (EP)
(2016) - black metal atmo - Label : Naturmacht



Si 1969 était, selon l’hilarant Serge Gainsbourg, l’année érotique, 2016 est sans aucune contestation possible l’année atmosphérique. Black atmosphérique pour être plus précis. Black atmo par ci, black atmo par là, les œuvres pullulent, telles une gigantesque  nuée de papillons noirs lâchés dans le cosmos musical par les dieux de la musique sombre…  aux dernières nouvelles, les serveurs de Metal Archives seraient sur le point de craquer devant un tel afflux de groupes surgis de nulle part...

Similaires mais différents. Si tout ce petit monde offre une musique au patron similaire (la mélancolie et la longueur y sont privilégiées au détriment de l’agressivité et de la concision), chaque projet, souvent œuvre d’un musicien solitaire - et misanthrope -, possède ses micro-particularités. Onirism n’est pas une exception à la règle. Vrath, seul maître à bord, insiste plus que la majorité de ses confrères sur la présence des claviers, à tel point qu’il n’hésite pas à leur donner les clés de la baraque sur deux des cinq titres de l’EP. La "Partie I" du Puits des Etoiles est ainsi une sorte d’hommage à Mortiis première époque et/ou Summoning, tandis que la "Part III" prend une forte teinte Tangerine Dream.  Dans les deux cas,  les guitares sont totalement proscrites. Cette "Part I" aura un mérite double : d’une part celui de justifier pleinement une pochette limite prog suggérant une musique assez délicate plutôt qu’un mélange de black et de crust à la Mutilation Rites, d’autre part, celui de décourager d’emblée les non initiés à un genre demandant une certaine patience dans l’attente des sonorités métalliques.
Après s’être fait copieusement attendre, ces dernières finissent néanmoins par apparaître, et si l’aspect metallique de l’EP n’est pas d’une violence inouïe, le mini-album contient néanmoins son lot de blast beats, de cris et de riffs, toujours soutenu par les indéboulonnables claviers qui colorent l’ensemble de l’œuvre. Que retenir de ce travail ? La même chose que pour la plupart des produits du genre : une sensation générale bien agréable et une absence de vrai climax. Les deux tracks 100% ambient sont joliment imagés et l’introduction d’une petite dose de saxo sur la "Part III" est une bonne trouvaille. Les titres black metal sont également de bonne facture et l’on appréciera particulièrement la couleur mélancolique de la deuxième moitié de "Part II", ainsi que le côté assez sauvage de "The Endless Ride of Heaven" et son phrasé accrocheur, titre qui, selon les dires du propre Vrath, est exposé ici dans une forme provisoire : le version définitive du morceau devant paraître sur l’album à venir…


Bref, The Well of Stars ne réinvente pas le black atmo, mais possède néanmoins une personnalité propre. L’EP propose une musique d’une qualité certaine, absolument ennuyeuse aux oreilles des réfractaires au genre, mais fort sympathique pour les adeptes du style. De quoi me donner envie de découvrir Cosmic Dream, le premier album, en attendant la suite des événements.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1