17558

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 19 novembre 2016
Sa note : 14/20

LINE UP

(inconnu)

TRACKLIST

1) The First of the Listeners
2) Tongueskull Sacrament
3) Godspeak Halilu Lija
4) To Voice the Unutterable

DISCOGRAPHIE


Recitations - The First of the Listeners
(2016) - black metal un peu psychédélique - Label : AvantGarde Music



Une pioche inconnue de temps à temps, ça ne fait de mal à personne. J'ai lu « black metal ». J'ai lu « Norvège ». J'ai pensé : « D'accord. Je prends, j'ai envie de voir à quoi ça ressemble. » Très souvent (mais alors, vous n'avez pas idée) la déception est à la clef de ce genre de pioche aléatoire. D'où naît une certaine lassitude. Mais parfois, comme c'est le cas entre ces lignes, on découvre une œuvre qui vaut le coup. Qui apporte quelque chose. Qui donne envie. Et là... et là... quel bonheur !

The First of the Listeners est un disque court et rafraîchissant. En quatre morceaux, dont aucun ne lambine au dessus de la dizaine de minutes, Recitations pose son propos, qui sera black, d'abord, puis psychédélique, ensuite. Le disque est donc rafraîchissant, certes car le groupe vient de Norvège, terre rafraîchissante s'il en est, mais aussi car le ton est simple et authentique. Recitations assène sa musique, personnelle d'emblée, sans prétention particulière, tant dans le fond, que dans la forme. Ainsi, au gré des envies du groupe, le black le plus traditionnel ("To Voice the Unuterrable") cède place à des variations psychédéliques plus ou moins marquées. Souvent intégrée aux morceaux, cette influence zarbie se taille une place à part sur la piste "Godspeak Halilu Lija", sorte d'intermède tout droit issu du répertoire d'Electric Wizard : étrange, analogique, rituel et enfumé.
Et si les deux premières pistes ne sont quant à elles qu'un mélange, à dosage différent et en faveur du black, de ces deux facettes, l'énorme force de The First of the Listeners, si ce n'est une extrême originalité, réside dans cette personnalité déjà très marquée. Quelques astuces parviennent à nous faire sentir cet aspect unique : les quelques touches acoustiques qui se blottissent ici ou là contre l'aigreur des riffs tissés de trémolos ; l'orgue, cet ogre éphémère ; le chant sincère et que l'on sent amateur et quelque part, mauvais, mais qui fonctionne particulièrement bien dans le contexte ; jusqu'aux riffs complètement black, mais versés dans la création d'une ambiance rituelle, qui sied parfaitement au genre.


En trente minutes tout rond, Recitations propose avec The First of the Listeners de la musique de bonne facture. Honnête, efficace et personnelle, les quatre pistes qui composent cet album valent toutes la peine, et donnent envie d'en entendre davantage. A priori, c'est plutôt bon signe pour la suite.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5