17679

CHRONIQUE PAR ...

115
Djentleman
Cette chronique a été mise en ligne le 10 avril 2017
Sa note : 16/20

LINE UP

-Carl Schwartz
(chant)

-Johan Vesters
(guitare)

-Daiske Shibamori
(basse)

-Bobby Ponte
(batterie)

TRACKLIST

1) Fuck The Rules
2) These Are The Rules
3) Rules Meant To Be Broken
4) Rules Of Life
5) Rules Of Conviction

6) Rules Of Engagement
7) Rules Of Justice
8) Rules Of Survival
9) Rules Of Freedom
10) Rules Of Sacrifice
11) Rules Of Government
12) Rules Of Crisis

DISCOGRAPHIE

Rules (2017)

First Blood - Rules
(2017) - hardcore pur et dur - Label : Pure Noise Records



2285 jours. Six ans, trois mois et un jour. C’est ce qui sépare ce Rules du dernier album des Californiens de First Blood. Une éternité ? C’est peu dire pour les fans d’un des groupes de hardcore les plus populaires de ce début de siècle. Alors, cela valait-il la peine d’attendre autant de temps ? Réponse dans trente-six minutes. Enfin si vous survivez aux règles.

Mais alors pourquoi un tel laps de temps ? Surtout dans le hardcore, style qui ne nécessite pas que l’on se prenne autant la tête, quand on connait ce qui constitue son essence même, autant au niveau des structures rythmiques, que des riffs ou encore des paroles, certes engagées, mais qui tournent souvent en rond. Plus de six ans, ça laisse tout de même le temps de faire huit enfants quand on y pense. Et avec cet argument, on touche au but. Si le créateur, frontman, et tête à penser de First Blood, Carl Schwartz (ancien membre de Terror) n’avait connu que la joie de la procréation, cela aurait pu être plus court, mais on doit aussi prendre en compte le fait qu’il ait déménagé des Etats-Unis vers la Suède, qu’il se soit marié, ait donc goûté au statu de la paternité avec son fils Wolfgang, et ait également eu le temps de divorcer. Un homme pressé en fait. A l’image du genre pratiqué. Alors oui, là, on comprend pourquoi ce disque n’est pas apparu tout de suite chez votre marchand de journaux (à moins que ça soit pour d’autres raisons).
En vérité, le dernier album officiel en date n’est pas Silence Is Betrayal de 2010. Il y a bien eu ce First Blood Inspiration, assez explicite pour qu’on ne rentre pas en détail dans sa composition. Sachez juste qu’on puise dans les racines profondes du groupe américain, et qu’il n’est pas étonnant de voir apparaître des reprises de monstres sacrés du hardcore comme Hatebreed, Sick Of It All, Agnostic Front, Biohazard ou Madball, ainsi que des têtes de gondoles du genre plutôt orienté punk comme Cro-Mags, Suicidal Tendencies ou Earth Crisis. Une brochette goûtue de formations plus ou moins engagées politiquement, tout comme First Blood. Et ça, même si c’est la première fois que vous en entendez parler (il faudrait quand même sortir de chez vous de temps à autres), vous l’aurez vite constaté avec le titre de chaque piste contenant le mot « Rules », soit le titre de l’album. Les règles donc, abordées sous le plus d’angles possibles, pour finalement pousser l’auditeur à suivre ses propres règles et non celles qu’on lui impose à longueur de temps. Et l’ouverture, "Fuck The Rules", pose parfaitement les bases aussi bien musicalement que lyriquement. « My Life , My Rules / I will not be led by fools / FUCK THE RULES ».
Et c’est donc parti pour près de trente-sept minutes de hardcore brut. Du hardcore qui tâche, qui salit, qui fait mal. Du hardcore taillé pour le live, pour démolir des gens dans le pit, sans aucun doute. Des mosh parts, des passages two-step, des chants en chœur, des accélérations pour circle pit. Absolument toute la gamme et la panoplie du parfait groupe de hardcore y est passé en revue. Et elle est notamment concentrée et mise en exergue dans les titres "These Are The Rules", "Rules Meant To Be Broken", et "Rules Of Conviction". Et avec une production deux fois meilleure que les précédents opus, ça décoiffe sec. On sent notamment une grosse différence d’ambiance avec Killafornia et Silence Is Betrayal. Ces deux derniers proposaient une atmosphère un peu plus sombre et noire, quand celui-ci se veut plus brut, rentre-dedans, sans détour, et montre une approche un peu plus « positive ». Si le message, ainsi que la voix qui le porte n’ont aucunement changé, on remarque pourtant avec surprise une orientation plus metalcore dans un bon tiers des chansons  comme "Rules Of Engagement", "Rules Of Justice", "Rules Of Governmen" et "Rules Of Crisis", les deux dernières étant fortement marquées par un tempo très lent, et une ambiance assez atmosphérique, ce qui n’est pas dans les habitudes du groupe. Sans parler des presque six minutes atteintes par l’avant-dernier titre. Si même First Blood commence à briser les règles...


Aucune révolution à l’horizon pour l’un des leaders du genre qui revient fort sur le devant de la scène. Une musique toujours agressive, hyper-entrainante, qui aide facilement à déplacer les cervicales. First Blood revendique fièrement encore et toujours son étiquette de « mosh band », et ne s’en détournera sûrement jamais, malgré une fin d’album beaucoup plus légère et à l’encontre de leurs préceptes. WOLFGANG, THIS IS FOR YOU !



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7