17688

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 01 avril 2017
Sa note : 15/20

LINE UP

-Mantas Gurkšnys
(chant+basse)

-Simonas Motiejūnas
(guitare)

-Jokūbas Kiauleikis
(guitare)

-Šarūnas Bedulis
(batterie)

TRACKLIST

1) VI
2) VII
3) VIII
4) IX
5) X
6) XI
7) XI (End Of Chapter)



DISCOGRAPHIE


Au-Dessus - End Of Chapter
(2017) - black metal post black-metal post-metal - Label : Les Acteurs de l'Ombre Productions



Découverts lors d'une date épique aux Blackened Gatherings en première partie de Hooded Menace - rien à voir comme style me diriez-vous, et vous auriez raison! Et je vous répondrais tout de même: et ta tantine, a-t-elle du style quand je lui fais le poirier péruvien ? - j'avais été assez emballé par le post-black metal des Lituaniens, pas forcément hyper original, mais parfaitement exécuté et plutôt prometteur. Visiblement, les excellentes personnes de Les Acteurs De l'Ombre Productions ont dû penser la même chose, puisque c'est chez eux qu’Au-Dessus sortira début mai son second LP, à la pochette splendide au passage (encore un gros A+ pour Valnoir et son studio Metastasis). Je dois avouer que j'attendais bien des choses de cette nouvelle livraison, car bien qu’écouté sur le tard, j'avais fini par remiser leur premier LP dans la partie « qualité » de ma discographie. Et, ô joie, il semblerait bien que les Lituaniens soient encore montés d’un cran dans cette même qualité.

La première évolution notable est indéniablement sonore. La production dont bénéficie ce second LP est, à n'en pas douter, assez supérieure à celle du premier. Non pas que la production de l'éponyme ait été mauvaise, mais en général on atteint rarement le top de la hype sonore sur son premier LP (sauf Machine Head avec Burn My Eyes bien entendu). Plus claire, plus lourde et largement plus dynamique, c’est une réussite. La seconde évolution notable est purement stylistique. De manière subtile et mesurée, mais bien réelle, Au-Dessus s’écarte peu à peu de la piste purement post-BM qui était la sienne sur son premier LP, et propose une seconde partie de premier chapitre (en référence aux titres des morceaux et au nom de ce second opus) plus globalement metal que la première. La filiation BM/post-BM reste largement présente sur la plupart des morceaux, et demeure à n’en pas douter la principale source d’inspiration du combo (''VIII'' ; ''XII (End Of Chapter)'', ''VII'' ), mais de façon moins peut-être un peu moins impérieuse et univoque que par le passé. Ce sentiment est renforcé par la voix, qui n’a rien de black metal non plus, quelles que soient les orientations choisies sur ce LP: c’était déjà le cas auparavant, mais la progression globale sur le chant, au niveau clair comme au niveau growls, est tout aussi notable que sur le reste.

Quoi qu’il en soit, un morceau comme ''XI'' témoigne assez largement de cette ouverture à d’autres styles évoquée plus haut, ainsi que certaines séquences de ''VI'' ou de ''IX'', où le groupe envisage des horizons soit plus mélodiques (la partie chantée en clair de ''VI''), soit plus simplement post metal, avec en tout cas bien davantage de variété, de dynamisme et de lourdeur dans le son que par le passé (le final de ''IX'' ou l’intro de ''XI'' qui fait carrément penser à Amenra). On parlait de dynamisme et de variété, et en ce sens il semblerait également qu’Au-Dessus ait progressé vers des morceaux plus construits et progressifs. Le développement totalement post-metal de ''X'' ou de ''XI'' en sont de bons exemples. Cependant, loin de se renier entièrement ou de ne proposer qu’une rupture franche à l’auditeur au risque de décevoir, Au-Dessus est, et demeure, un talentueux combo post-BM: intense, ultra mélodique, proposant des morceaux peuplés de saillies aux riffs froids et acérés (''VII'', certaines séquences de ''XI'') voire quelques plus rares séquences de BM totalement old-school et orthodoxe (cf l’intro de ''XII (End Of Chapter)''). Au global, une des grandes forces de ce nouveau LP des Lituaniens réside dans la capacité du groupe à proposer des compos intenses mais dotées d’une très grande lisibilité, voire d’une certaine accessibilité, alors même que leur style demeure assez extrême et relativement complexe (morceaux longs, entrelacs de styles). Cela n’a rien d’évident, et sans jamais se vautrer dans la facilité ou le mainstream, Au-Dessus propose une lecture finalement assez personnelle et synthétique de la scène post-BM récente, tout en y prenant une place clairement prépondérante avec ce End Of Chapter clairement réussi.


En conclusion, je dirais déjà que je n’ai jamais pratiqué le poirier péruvien sur aucune de vos tantines, navré de cet écart. Mais reconnaissez quand même qu’on a bien rigolé, elles et moi, quand je leur faisais le tourniquet batave. Ensuite, je vous inviterais à ne pas louper le passage d’Au-Dessus au prochain Fall Of Summer, car quelque chose me dit que celles et ceux qui auront le flair de préférer ce festival à l’arnaque "Metallica Épisode 1000" à Bercy en seront pour leurs gros euros (nonobstant le fait qu’ils gagneront immédiatement un point « élitisme et trvisme »). Et pour finir, je saluerai bien humblement l’immense qualité de ce nouveau LP des Lituaniens, qui peut potentiellement intéresser tous les fans de musique extrême, et pas seulement les fans de post-BM, loin s’en faut. Vivement le chapitre deux (qui sera en fait le troisième, de facto, mais vous voyez ce que je veux dire).


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2