17691

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 03 avril 2017
Sa note : 15/20

LINE UP

-David Israelsson
(chant+guitare)

-Mikael Lindberg
(guitare)

-Jens Carlsson
(basse)

-Daniel Israelsson
(batterie)

TRACKLIST

1) Still In Search
2) Miklågard
3) Never Dance
4) Intro (Travels demo)
5) Is This My Homeland (Travels demo)
6) Incoming (Travels demo)
7) Outro (Travels demo)

DISCOGRAPHIE


Purgatorium - Still In Search
(2017) - death metal - Label : Discouraged Records



**Mode fanboy on**
Vingt-trois ans que j’attendais ça. Dix ans -depuis que youtube est ce qu’il est- à regarder tous les mois si quelqu’un a eu la bonne idée d’uploader la demo. À chaque fois la même conclusion: « Arf ». Une bonne âme m’en avait fait une copie K7. Que croyez-vous qu’il advint ? Mon vieux lecteur décida de rendre l’âme. Y a pas de la malédiction là ? Et puis mars 2017 arriva…

Rembobinons –pour une demo K7, c’est logique. 1994: la diversification est en marche. Le death metal fourmille de sous-genres et le terme « old-school » commence à prendre du sens. Dès la première écoute de Travels, je flashe sur ce groupe relativement basique - à l’époque où existe une véritable course à la sophistication - et pas vraiment brutal. Déjà, voir l’un des membres poser sur la couverture de la demo en pull type « moniteur de ski » me paraît rafraîchissant. Et puis ce sens du riff et de la mélodie simple, discrètement mélancolique, mais accrocheuse… Et puis surtout "Miklågard", c’est le meilleur riffing mid-tempo de tous les temps, devant "Son of Earth" de Samael, oui Messieurs-dames. Purgatorium me séduit instantanément. Quand vont-ils signer un premier album ? Question de mois, ou de quelques années dans le pire des cas, non ? Non. Que s’est-il passé dans la vie des quatre compères pour devoir attendre plus de deux décennies ? Aucune idée. Une grande injustice vient d’être réparée, même s’il n’est pas certain que le monde métallique s’en émeuve beaucoup. Still In Search reprend les titres de Travels et ajoute deux autres morceaux d’excellente facture - tout à fait dans l’esprit de la demo - "Still in Search" et "Never Dance".
Les petits malins positionnent "Miklågard" avec les nouveaux morceaux, mais il s’agit bien du titre de 1994, à un léger remaniement près –les guitares chantent plus que sur la version originale. "Is This My Homeland" continue à faire crier les six cordes et "Incoming" nous sort un bon vieux riff (techno-)thrash déjà passé de mode à l’époque de sa sortie. Bref, Purgatorium est vivant et ne semble pas avoir voulu changer la recette de ses mets. Au-delà du bonheur qui m’envahit depuis sa sortie, j’entends déjà les esprits chagrins formuler la remarque suivante: « Donc, en vingt-trois ans, ils ont repris la demo et ont ajouté deux chansons. Même si tout est aussi fantastique que tu le dis –ce qui est à voir, vu qu’on parle quand même d’un death metal mélodique relativement simple, non ? - le taux de productivité du groupe fait passer Metallica pour des stakhanovistes, non ? » Je n’ai hélas aucune objection à formuler… Mais il n’empêche, si vous cherchez quelque chose de simple, avec du bon gros travail rythmique, agrémenté d'un délicat parfum nostalgique, si vous ne craignez pas de vous replongez à cette époque où le metal n’était pas encore si segmenté, n’hésitez surtout pas. Et puis "Miklågard", "Miklågard" quoi…


À ce rythme-là, en 2027: j’aurais écouté l’album 2.550.000.000 fois environ, Purgatorium aura enregistré la moitié de leur seconde œuvre. Et le monde sera en paix. Quand vous étiez petits et que vous aviez perdu votre doudou, vous n’étiez peut-être pas content de le récupérer ? Purgatorium, c’est mon doudou à moi.
**Mode fanboy off**




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3