17824

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 12 décembre 2017
Sa note : 14/20

LINE UP

-Dane Cross
(chant+guitare+piano+basse+batterie)

A participé à l'enregistrement :

-Francesca Ter-Berg
(violoncelle sur "Eternal Light (interlude)")

TRACKLIST

1) Cleave the Alicorn
2) Apocalyptic Winter
3) Eternal Light (interlude)
4) Sepulchral Ritual

DISCOGRAPHIE

Sacred Son (2017)

Sacred Son - Sacred Son
(2017) - black metal - Label : Autoproduction



Il est évident que le gars a été malin. Une photo de vacances, le cheveu court au vent, ça change. Et ça fait jaser. Pas autant que les sorties de Myrkur, mais quand même. D’ailleurs, si j’ai cliqué sur la vidéo de Sacred Son proposée sur un célèbre site de streaming, c’est bien grâce à l’artwork. Et je dis bien « grâce à », et non « à cause de ».

Parce que bon, faire le buzz, pourquoi pas, mais l’adage « qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse » doit toujours prévaloir [ndlr : les fans de Riot approuvent]. Et si la qualité évidente de ce premier album - EP ?- n’avait pas été au rendez-vous, vous imaginez bien que je ne me serais pas emmerdé à faire la pub d’un petit malin. Seulement voilà, Sacred Son envoie bien comme il faut. Nous sommes à mille lieux d’une blague potache ou d’un délire black-noise-atmo d’un amateur de crack et de la troisième saison de Twin Peaks [ndlr : ça fait beaucoup pour une seule personne...]. Non, l’œuvre est sérieuse. Le son, d’abord. Caverneux et relativement puissant, il n’a rien d’un grésillement d’abeille le soir au coin de la ruche, on y distingue même la basse ! La basse ! Les compos, ensuite, et surtout, sont celles d’un élève très appliqué – pas encore un maître cependant, l’upgrade à Sacred Father, ça sera pour la prochaine fois.
On classera la musique du Sacré Fils, et sacré plaisantin, dans la catégorie du black atmosphérique, mais n’allez pas croire que l’ensemble soit trop éthéré pour activer les nuques. "Cleave the Alicorn" et surtout le bouillonnant "Apocalyptic Winter", bien appuyé par quelques riffs heavy, possèdent une force de frappe non négligeable. L’intermède "Ethereal Light" apporte sa convaincante touche « post » à l’édifice, avant que "Sepulchral Ritual" récupère le rythme enlevé et la fluidité des deux titres initiaux. Clair et mélodique, le propos du sieur Dane Cross n’en est pas moins efficace en diable (lol), et l’on a que peu de choses à reprocher à l’ensemble. Seulement deux choses pour être exact. L’une c’est la durée, trop faible, de ce premier travail, qu’on rangera plus dans la catégorie « gros EP », que dans celle des albums. L’autre, c’est le chant. Il est globalement correct, mais Dane articule trop, du coup, les non anglophones ont tendance à entendre des syllabes du genre « Do, dé, do, dé, do » qui enlèvent un petit point de crédibilité au travail. Pour le reste, rien à dire, le contraste entre l’extérieur ensoleillé et l’intérieur sombre est très réussi.


Allez quoi, faites pas la gueule, écoutez-le cet album ! Moi aussi j’ai cliqué dessus pour pouvoir dire « ah mais quelle merde ce truc » avant de me rendre compte de la qualité de la bestiole. Pensez plutôt au clip de "Aut Caesar, Aut Nihil" de Sektemtum, il était chouette non ? Bon ben là, c’est pareil, les filles en moins... Sacred Son est une première œuvre séduisante qui, j’espère, en appellera d’autres.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7