17840

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 04 janvier 2018
Sa note : 14/20

LINE UP

-Benjamin Jaino
(chant)

-Peter Langforth
(guitare)

-Alexander Backasch
(guitare)

-Dirk Frei
(basse)

-David Schleif
(batterie)

TRACKLIST

1) Road to Vega
2) Comatose
3) Feather in the Wind
4) Singularity
5) Aurora
6) To Wear a Crown
7) Vice
8) Welcome to Devil's Town
9) My Dead Old Friend
10) If the Sun Refused to Shine
11) The Last Encore

DISCOGRAPHIE


Alpha Tiger - Alpha Tiger
(2017) - heavy metal hard rock - Label : SPV



Alpha Tiger, en voilà un nom de groupe qu'il a de la gueule et qu'il fleure bon les seventies. Les Allemands en sont à leur quatrième album, et pratiquent un mélange de heavy, de hard rock et de power metal bien sympatoche. Approches variées, vocaux maîtrisés et production au poil sont les mamelles de cet album dépourvu de titre.

Les deux premiers aspects qui frappent le plus lors de l'écoute de cet album sont sans conteste l'utilisation de l'orgue Hammond dans l'intro de "Comatose" et le timbre de Benjamin Jaino qui rappelle diablement un certain Michael Kiske. Sans atteindre les notes stratosphériques de l'ancien chanteur d'Helloween, Jaino se révèle être un vocaliste très talentueux et capable de monter dans les aigus quand il le faut sans en faire un gimmick ou une marque de fabrique. Le feeling un peu vintage développé par le premier titre se confirme par la suite : Alpha Tiger pratique une fusion entre un heavy moderne et un feeling psyché qui se révèle très agréable à l'écoute, même si le tout peut paraître un peu décousu. Les couplets calmes tout en orgue Hammond de "Aurora" ainsi que son feeling de western répondent aux riffs speed et syncopes (on pense parfois à Wastefall) de "To Wear a Crown", et cet équilibre est maintenu la plupart du temps. Le groupe parvient de plus à jouer la carte de l'émotion, via la power-ballade "Feather in the Wind" ou le chant revendicatif de "Aurora" (probablement le nom de la donzelle avec qui Jaino a de toute évidence des comptes à régler). Cela passe un peu moins pour la ballade en ternaire "My Dear Old Friend" qui tourne un peu en rond, mais globalement Alpha Tiger n'est pas ridicule du tout quand il s'agit d'exprimer des sentiments.
Il y a de vrais moments de grâce dans cet album, comme cette intro de "If the Sun Refused To Shine" où le delay fait penser à U2 avant que le même thème ne se mette magiquement à évoquer Helloween dès que le propos se muscle. C'est le titre où le groupe part le plus franchement dans le power mélodique et il fonctionne totalement… mais quand on a l'impression de retrouver exactement la même intro comme couplet de "The Last Encore" juste après, ça ressemble à une faute de goût. Ce n'est malheureusement pas la seule : la tentative de latino-metal "Welcome To Devil's Town" est un gros ratage, le groupe enchaînant les clichés mariachi au lieu de parvenir à réellement intégrer des éléments mexicains sans les dénaturer. C'est vraiment dommage car la formule Alpha Tiger fonctionne plutôt bien le reste du temps, donc ce type d'erreur de parcours ressort comme un furoncle sur le visage d'un mannequin. La fusion entre modernité et feeling vintage est ainsi atteinte sur "Singularity", où la prod permet de profiter parfaitement de la basse de Dirk Frei et où un léger filtre sur la voix de Jaino rend le tout juste assez sale pour être très plaisant. Si tout l'album avait été constitué de titre de ce calibre Alpha Tiger aurait pu être une des grosses surprises de l'année, mais les ruptures de ton trop fréquentes donnent au résultat final un manque de cohérence qui dessert le propos.


Bien sympatoche donc, voire même super cool par endroits, mais globalement pas assez constant : tel est cet album d'Alpha Tiger. On a l'impression que le groupe se perd un peu par moments, mais le nombre de titres vraiment réussis et qui restent en tête justifie qu'on accorde une écoute attentive à cet opus.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5