18010

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 17 octobre 2018
Sa note : 14/20

LINE UP

-Jin-In Cho
(chant)

-Olli Singer
(guitare)

-Franck Stumvoll
(basse)

-Michael "S.C." Kuschnerus
(batterie)

TRACKLIST

1) Sick of You
2) Perfect as you Are
3) As the Battle Rages On
4) Come On, Come On
5) Devastation Anyone?
6) More Than Everything
7) Shine on, Supernova
8) White Dog
9) I Just Cannot Trust Myself
10) Into the Open
11) Unbroken


DISCOGRAPHIE

Kaosystematiq (2018)

And Then She Came - Kaosystematiq
(2018) - rock mais avec des riffs "metal" - Label : DME



Une pochette délicieusement particulière (signée Gustavo Sazes), les anciens de Krypteria à la barre, un premier album éponyme qui a eu un bon écho, bref, tous les éléments sont réunis pour apprécier Kaosystematic, le nouvel effort d’And Then She Came. Leur rock moderne épuré teinté de riffs heavy ne va rien révolutionner, mais vous allez voir, il a tout du petit plaisir coupable.

Krypteria était un groupe de metal gothique symphonique, qui a publié cinq albums entre 2004 et 2012 dont Bloodangel’s Cry, pierre angulaire de leur œuvre et contenant de véritables petites pépites. Le combo bénéficiait en outre d’une bonne réputation scénique et jouait régulièrement en festival. Puis, les membres décident de tout recommencer à zéro. S’en est terminé de Krypteria et du metal symphonique, place désormais à And Then She Came. Ce nouveau quatuor (mais avec un line up identique) propose un rock épuré, efficace, teinté de riffs heavy et de quelques touches symphoniques pour donner du relief à certaines compositions. On pense notamment aux excellentes "Perfect as you Are" et "As the Battle Rages On". Ces deux propositions résument à elle seul le credo de la bande de Cologne. On oublie l’imagerie gothique (que ce soit les thèmes ou les mélodies). Désormais c’est direct, punchy et sans fioritures. And Then She Came, qui se dit notamment influencé par Linkin Park et Thirty Seconds to Mars délivre sa musique avec panache et technicité (les petits solos sur les deux titres cités ci-dessus). Le morceau d’ouverture ("Sick of you") quant à lui n'incite pas à se poser de questions. C’est clair comme de l’eau de roche, le groupe fait du rock un point c’est tout.
Mais là où on peut craindre de la linéarité, le combo surprend avec des mélodies variées notamment sur "Come On, Come On", qui a un côté Pink (de la bonne époque) ou encore l’OVNI qu’est "Devastation, Anyone" (qui pour le coup me fait penser à Superbus, là aussi de la bonne époque). Le groupe ne renie tout de même pas ses origines. Ainsi, "Shine on Supernova" a un côté metal symphonique, notamment sur son introduction très orchestrale et se rapproche d’un groupe comme Evanescence, période The Open Door. Quant à "I Just Cannot Trust Myself", elle illustre à elle seule la complexité non évidente de cet opus. On navigue toujours entre une mélodie du refrain relativement simple et direct mais supportée par une structure générale se rapprochant du heavy metal, le tout agrémenté par une voix aux mille facettes signé Ji-In Cho. La miss a du talent à revendre (ce qu’elle faisait déjà sur Krypteria) mais cette orientation rock lui va à merveille. Sa voix est énergique et puissante. Elle alterne des passages rock et direct comme sur "White Dog" et séquences où son registre tendra vers le metal symphonique ("Into The Open"). Enfin, la ballade finale "Unbroken", pleine de douceur marque sa capacité à varier sa voix. À noter que la vocaliste, allemande, née de parents coréens est un véritable star dans son pays d’origine - elle figure notamment parmi les cinquante personnalités coréennes les plus influentes vivant hors du pays.


Kaosystematiq est un recueil qui fait clairement le travail. And Then She Came délivre son rock influencé par son passé « krypterien » pour notre grand plaisir, alternant des morceaux directs et punchy avecc des compositions plus mélodiques, le tout délivré par une vocaliste au talent indéniable et surtout des musiciens, qui, on le sent, prennent leur pied. Et cela se ressent clairement, de sorte que l’auditeur se prend au jeu et passe un excellent moment.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3