18322

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 23 avril 2020
Sa note : 17/20

LINE UP

-François Blanc
(chant)

-Guillaume Fleury
(guitare)

-Mathieu Taverne
(basse)

-Morgan Velly
(batterie)

TRACKLIST

1) Aux loges les dames
2) Par ce coeur les lys fleurissent
3) La chevauchée de la Loire
4) Dieu en soit gardé
5) Foi en ses murs jusqu'aux rats
6) Battue par les flots jamais ne sombre
7) Très fidèle au Roi et au trône
8) Aux marches de Lorraine

DISCOGRAPHIE


Abduction - Jehanne
(2020) - black metal - Label : Finisterian Dead End



Geoffroy Thérage est de bonne humeur. Il sifflote tout en arrangeant les derniers détails du bûcher, quand, tout d’un coup, des hurlements retentissent. Ils se tourne vers Jehanne, attachée à son pilier, et lui lance, goguenard:
-Hé quoi ? Vous commencez à crier sans que la moindre flamme ne vous aient chatouillé les doigts de pieds ? Je vous pensais plus brave !
Elle le regarde longuement avant de répondre :
-Messire Geoffroy, de ma bouche ne sortira aucune plainte. Ce que vous entendez, ce sont celles de mes futurs vengeurs.


Cinq cent quatre vingt neuf ans après que Jehanne a brûlé en place de Rouen, Abduction sort une œuvre qui porte son nom, et qui lui est totalement dédiée. Dire que la « Pucelle d’Orléans » a inspiré nos Docteurs de la peste est un euphémisme. Elle les a exaltés, exhortés à donner le meilleur d’eux-mêmes et, en vérité, le résultat est probant ! La marque de fabrique d’Abduction, développée lors des deux albums précédents, consiste en un mélange de black metal incisif et rapide et de mélodies subtiles tendance complexes. Si le premier opus, Une ombre régit les ombres, montrait un groupe encore en rodage, le deuxième, A l’heure du crépuscule, offrait un plat de choix à l’amateur de black mélodique, mordant et technique. A titre personnel, j’y déplorais encore une certaine aridité dans les enchaînements entre parties acoustiques et folles cavalcades. Avec Jehanne, le quatuor peaufine encore ses transitions et, s’il ne renonce pas à sa marque de fabrique, faite de ces contrastes entre finesse et violence sonore, il a su rendre l’ensemble plus fluide et donc encore plus agréable à mes petites oreilles poilues.
La comparaison que j’avais établie entre le projet de Guillaume Fleury et Hypno5e, chacun dans son domaine de compétences respectif, n’a jamais tant été d’actualité, tant Abduction alterne à merveille la carotte et le bâton. S’il faudra renoncer à obtenir un titre « facile » du groupe pour les siècles des siècles -amen !-, la troisième offrande est néanmoins la plus accessible, tant l’ensemble à été peaufiné, et également la plus… intense. Intensité, le mot a été lâché. Que tous les métalleux de France et de Navarre dont l’inspiration frôle la neurasthénie écoutent le triptyque final "Battue par les flots jamais ne sombre" / "Très fidèle au Roi et au trône" / "Aux marches de Lorraine" pour comprendre ce que ce mot veut dire. La formation y atteint une syntonie et un engagement rarement vus. En forme dès le premier beat, Morgan, le batteur possède un niveau de précision extraterrestre et tisse avec Guillaume et Mathieu un réseau rythmique plutôt éloigné des canons basiques définis en son temps par Grave Digger. Il arrive même à se contenir et s’adapter le temps du quasi doom "Dieu en soit gardé", avant de lâcher à nouveau les chevaux à la fin du morceau… Trym n’a qu’à bien se tenir.
Quant aux chanteurs, le sujet leur tient tellement à cœur qu’ils livrent leur meilleure prestation vocale personnelle et constituent désormais une référence en chant clair. Je parle des chanteurs au pluriel, puisque François ne peut pas accomplir ce qu’il a accompli seul. C’est impossible. Pour déclamer ainsi, on le porte forcément. Son chant black metal est de bonne facture, mais ses parties plus académiques forcent l’admiration et font naître bien des frissons sur la peau de l’auditeur. Suivant une ligne mélodique bien précise, il se répond d’une chanson à l’autre - quand vous aurez écouté "Par ces cœurs les lys fleurissent" et "Très fidèle au Roi et au trône", vous m’aurez compris – et entre en combustion claire et spontanée, sur "Foi en ses murs jusqu’aux rats" et "Aux marches de Lorraine" notamment. En réalité, toute la formation donne le meilleur de soi-même et fait de ce mélange complexe d’ombre et de lumière, une œuvre pleine, riche et qui mettra du temps à dévoiler tous ses mystères.


Jehanne est un album de garde. Il aurait été en effet inconcevable de dédier une œuvre éphémère à ce personnage incontournable de notre histoire. Jehanne est également le meilleur album d’Abduction, à ce jour. La formation mûrit d’œuvre en œuvre et son black metal subtil et médiéval sait nous faire remonter les siècles, sans avoir recours ni à la viole, ni à la guimbarde carolingienne. Nous avons tout un univers de riffs et de mélodies à explorer en attendant le prochain hommage de nos Docteurs de la Peste à l’Histoire de France.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6