18379

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 16 juin 2020
Sa note : 15/20

LINE UP

-Piotr "Peter" Paweł Wiwczarek
(chant+guitare)
-Marek "Spider" Pająk
(guitare)
-Tomasz "Hal" Halicki
(basse)
-James Stewart
(batterie)

TRACKLIST

1) Shock and Awe
2) Into Oblivion
3) Despair
4) Incineration of the Gods
5) Sanctification Denied
6) And Satan Wept
7) Emptiness
8) Final Declaration
9) Dancing in the Slaughterhouse
10) Stigma of Divinit
11) Bones

DISCOGRAPHIE


Vader - Solitude In Madness
(2020) - death metal - Label : Nuclear Blast



2020 voit arriver dans les bacs (expression non employée depuis 2002) un nouvel album de Vader. Que dire qui n’ait  déjà été évoqué concernant cette formation ? Imaginer une quelconque once d’originalité ? Je vois déjà l’assistance le sourire aux lèvres. Pourtant, les déclarations préalables à cette sortie laissent à croire que ce disque sera à placer parmi les bonnes choses offertes par le groupe.

Sans forcément se laisser berner par la promotion de Solitude in Madness, le fan qui sommeille en moi espérait un bon cru. Après une sympathique mais vite oubliée dernière offrande, que pouvait nous apporter Peter et ses amis ? La réponse est des plus évidentes : un disque de death thrash maîtrisé à défaut d’être totalement exceptionnel. Annoncé parfois dans la presse comme un nouveau Reign In Blood, il faudra calmer les ardeurs de ceux qui s’attendent à un disque aussi marquant que le mythique album de Slayer. Reconnaissons tout de même un intérêt à cette comparaison. L’auditeur sait d’avance qu’il aura affaire à une sortie marquée par l’urgence et l’efficacité. Tout à été mis en œuvre pour faire mouche, les Polonais ne gardant que le strict minimum, sans s’embarrasser du moindre superflu. Onze titres pour vingt-neuf minutes de musique, pas plus. Aucun temps mort en vue. Suffisant pour en faire une pleine réussite ?
A cette dernière interrogation, difficile de donner un avis tranché et définitif. Après une première approche somme toute assez décevante, Vader se contentant de faire ce qu’il sait faire depuis plusieurs décennies, l’on se laisse tranquillement convaincre par les arguments solides que possède Solitude in Madness. Certains titres joués pied au plancher donnent à entendre des riffs directs et agréables, comme "And Satan Wept", "Incineration of The Gods" ou encore "Dancing in The Slaughterhouse". La production des plus massives ne fait que renforcer ce côté mur du son sur lequel viennent s’écraser nos frêles conduits auditifs. Ainsi, "Stigma of Divinity" et son riff massue tape juste. Certaines parties sont pour autant un peu en deçà, comme le mid tempo "Sanctification Denied" qui fait figure d’étrangeté dans cet océan de virulence.


Ce nouvel album n’apportera rien de bien neuf, si ce n’est un disque compact, précis et enlevé. Une bonne cuvée du château Vader, sans prétention, à déguster entre amateurs. Il présente de nouvelles munitions à envoyer en live, épreuve dans laquelle Peter et son commando excellent depuis désormais plus de trente années.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1