18454

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 06 octobre 2020
Sa note : 14/20

LINE UP

-Kevin Sharp
(chant)

-John Cooke
(guitare)

-Shane Embury
(basse)

-Danny Herrera
(batterie)

TRACKLIST

1) Simian Flu
2) Hole in the Ground
3) Eliminate
4) Lemonade
5) Colossal Failure
6) Promise
7) Septic Mind
8) Dementia Degeneration
9) Carrion
10) Broken Teeth
11) Shadows
12) Mantis Toboggan
13) Politics Versus the Erection

DISCOGRAPHIE


Venomous Concept - Politics Versus the Erection
(2020) - punk grindcore - Label : Season Of Mist



Le grind est un genre simple, et il aime les choses simples. Alors quand il génère un supergroupe, il fait les choses simplement : on prend le chanteur de Brutal Truth et le gratteux de Napalm Death, et donc, on fait ? Du grind pardi !

Cette introduction est elle-même simple, pourtant quelque peu incomplète. Elle passe sous silence la présence de Dan Lilker dans le passé (Brutal Truth aussi donc) et de Danny Herrera (Napalm Death pour sa part) et John Cooke (qui a fait un passage chez Napalm Death). Bref, on est presque sur du cinquante-cinquante entre deux sommités du genre. L’un tirant plus vers le metal et le death (Napalm Death), l’autre vers une vision plus purement grind (Brutal Truth). Le résultat est grind, sauf que, mini surprise, il est mâtiné d’une sérieuse couche de punk. Les blasts n’existent pas dans cette vision des choses et seul le rythme constamment appuyé de la batterie vient créer la puissance. Ainsi que le grain diaboliquement énergique des guitares qui balancent la patate avec maestria. Les riffs sont simples, énergiques. Sans fioriture ils vont droit au but et saccagent vos cages à miel.
Pourtant, eux aussi ne sont ni brutaux, ni ultra rapides. Et les chansons se voient parsemées de soli de guitare tout à fait rock dans l’esprit et dotés d’un grand sens du bon goût. La mixture prend vraiment bien pour un groupe qui s’affirme comme entité à part entière, de part le pedigree de ses membres, mais également par la pérennité du projet qui écule les planches depuis 2003 et quatre albums maintenant. Kevin Sharp s’égosille toujours avec autant de férocité derrière le micro pour proférer des attaques en règles contre notre système et nos sociétés (mention à la pochette croisement mi-Trump, mi-tête de carotte). Nous n’en attendions pas moins de sa part. In fine, les trente-trois minutes passent comme une lettre à la poste, avec une durée qui s’impose comme parfaite sur ce type de musique.


Politics Versus the Erection (quel titre !) s’impose comme une belle sortie de « true » grind, cultivant merveilleusement bien ses racines punk. Jamais le groupe ne sombre dans la brutalité aveugle et puise au contraire toute sa force dans une énergie contestataire implacable. Du bel ouvrage pour quiconque sera sensible à ce style de musique.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4