18496

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 09 novembre 2020
Sa note : 15/20

LINE UP

-Annika Jalkanen
(chant)

-Jani Puusa
(guitare)

-Hannu Lindholm
(guitare)

-Lassi Nuolivaara
(claviers)

-Niko Laaksonen
(basse)

-Matti Virtanen
(batterie)

TRACKLIST

1) Dawn of Time
2) Carnival of Creation
3) Queen Element
4) Hunter's Moon
5) Dark Passenger
6) Shooting Star
7) Snowglobe
8) Crimson Bride Symphony

DISCOGRAPHIE


Memoira - Carnival of Creation
(2020) - metal symphonique - Label : Inverse Records



Qui a dit que la curiosité était un vilain défaut ? Après ma rétrospective sur For Selena And Sin durant la première saison du confinement made in France, je suis allé me renseigner sur ce qu'était devenue leur vocaliste, Annika, qui malgré quelques défauts, possède ce petit truc en plus. Bingo ! Elle a rejoint ses compatriotes de Memoira, forts d'un premier excellent single "Dawn Of Time". L'album Carnival of Creation, alors prévu pour cet automne 2020, est désormais libéré - pour mon plus grand plaisir.

Memoira propose avec Carnival of Creation un metal symphonique et mélodique relativement classique et propre à l'école Finlandaise. Abondance de claviers, quelques riffs bien sympathiques et des thèmes principalement axés sur la nature et la création, comme l'illustre le titre de chacune des neuf œuvres composant cet effort. Le sextet ne révolutionne pas le genre, ne vous attendez donc pas à être surpris. Cependant, il maîtrise parfaitement les codes, et ce n'est pas une production assez décevante qui va empêcher les fans du style d'apprécier le rendu final. Amateurs de tempo speed, vous serez globalement déçu (hormis peut-être sur la très heavy "Hunter's Moon"). En dehors du traditionnel solo des deux tiers, on se retrouve face à des œuvres plutôt mid tempo, soutenues par une rythmique discrète mais pas avare d'efforts. L'opener (et excellent premier single) "Dawn of Time" résume très bien tout cela. Ceci dit, on ne s'ennuie jamais, car malgré ce rythme peu soutenu, Carnival of Creation a le mérite de ne jamais se répéter et se montre généreux : point de titres calibrés sur trois minutes, mais des offrandes qui se développent en prenant leur temps, à l'image de la puissante "Queen Element" ou encore la mystérieuse "Dark Passenger".

Carnival of Creation aurait pu être un excellent album sans ces quelques défauts dont on a du mal à se défaire, comme cette prod de faible niveau qui noie littéralement la travail du batteur Matti - le rendu global également apparait souvent écrasé. Il est fort dommage encore que la rythmique disparaisse lorsqu'Annika s'attaque aux refrains. Mais il n'en demeure pas moins agréable d'avoir à faire à une œuvre de metal sympho comptant sur deux guitaristes distincts, chose rare, et qui se complètent (bien qu'il n'y ait rien de foncièrement original et novateur dans le jeu de Jani). Quant à la vocaliste, Annika, elle s'en sort avec les honneurs. Elle ne fait certes pas partie du haut du panier de sa catégorie, mais son timbre unique apporte une vraie touche aux compositions, non sans évoquer For Selena and Sin à certains moments (ainsi sur les couplets de "Shooting Star"). Enfin, comme la tradition metal sympho le veut, Carnival of Creation se conclut par le morceau le plus long et le plus épique, à savoir la formidable "Crimson Bride Symphony". L’occurrence coche toute les cases, intro énergique, jolies notes de piano, chant habité, refrain poignant et final dantesque.

Avec Carnival of Creation, Memoira redonne un souffle à sa carrière, sept ans après un second LP et avec une nouvelle vocaliste unique qui apporte un réel plus au combo. Si l’œuvre n'est pas exempte de reproches (une prod plus que moyenne, une ballade peu inspirée), le reste suffit pour passer un agréable moment avec des compos variées et maîtrisées. Vivement la suite.







©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4