18570

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 29 janvier 2021
Sa note : 17/20

LINE UP

-Justin Karl Michael Broadrick
(chant+guitare+basse+programmation)

A participé à l'enregistrement :

-Ted Parsons
(batterie sur 1,3 et 7)

TRACKLIST

1) When I Was Small
2) Alone
3) Terminus
4) Sleeping In
5) Consciousness
6) Disintegrating Wings
7) Don’t Wake Me Up
8) Give Up

DISCOGRAPHIE

Terminus (2020)

Jesu - Terminus
(2020) - doom metal indie shoegaze - Label : Avalanche Recordings



L'année 2020 fut dure pour tout le monde, d’une manière ou d’une autre. Pour trois générations, la pandémie, sa gestion et ses conséquences mondiales sont l'événement extérieur le plus marquant de leur vie, et probablement aussi l’un des plus traumatisants et celui qui aura le plus de marques dans la mémoire collective. Justin K. Broadrick, tête pensante de Jesu, fut aussi impacté et le résultat est Terminus, la bande sonore parfaite pour les personnes seules, en confinement.

Ce nouvel opus, le successeur de Every Day I Get Closer to the Light, paru en 2013, est possiblement l’enfant logique d’un artiste torturé, obligé de rester chez soi, seul. Selon ses propres mots, Terminus est inspiré par « les concepts de la réjection, de la nostalgie, de la dépendance et de la solitude ultime ». Terminus est la bande-son de la dépression, cinquante minutes de musique lourde teintée d’onirisme hypnopompique, cet état de conscience entre le sommeil et l'éveil, un rare moment de biochimie neuronale durant lequel notre cerveau est complètement éveillée tandis que notre corps est encore paralysé par le sommeil profond. La musique de nos pires cauchemars, aussi lourde que du doom mais filtrée et distordue par notre subconscient. Un monde blanc, monochrome, sans fin, sans joie, à l’image de la pochette. Sur le derrière du boîtier, la liste des titres confirme notre première impression : solitude, fin, conscience, ne m'éveille pas, abandon. La fin.
Toutes ces émotions négatives sont examinées de manière très subtile, demandent une forme de contemplation ; l’album requiert plusieurs écoutes pour s’immerger dans les compositions et percevoir la désolation sentimentale qui suinte. Sans même parler de la variété des titres: “Alone” est un bel hommage de pop électronique à Cocteau Twins, les riffs de guitare (instrument qui est davantage mis en avant que sur le dernier album) et le drone des claviers sur la lancinante et désespérée “Terminus”, une des plus belles chansons du groupe et, paradoxalement, l'une des plus simples. Le trip hop froid avec le chant au vocodeur de “Consciousness” est une bonne introduction avant le désespoir des trois chansons de fin de recueil. Sur “Dinsintegrating Wings” Broadrick nous offre probablement son chant le plus touchant, le plus poignant. Et de manière générale la performance vocale est la meilleure de sa carrière, il a gagné en finesse et en émotion depuis les derniers enregistrements.
Le titre clôturant ce disque est instrumental, répétitif et tout aussi désespéré que le reste. “Give Up” porterait bien son nom si ce n’est qu’il nous sort de notre introspection. Car Terminus est un disque contemplatif, et cela doit être pris en compte avant de savoir s' il vaut l'écoute, tant ce mot peut rebuter certains. Sauf que nous quittons notre écoute avec une certaine joie, celle de savoir que finalement, ce n’est qu’un moment. Allez savoir si Terminus fut conçu pour être la musique contemplative de 2020, celle qui accompagne notre solitude face à la pandémie de ces cent dernières années. Quoi qu’il en soit, l’introspection durant ce moment de désolation nous rappelle que tout finit, que rien ne perdure et qu'éventuellement, après le terminus, tout cela sera derrière nous.


Un album d’introspection, un disque contemplatif par excellence qui ne sombre jamais dans le maussade ou le pleurnichard, une œuvre sur la solitude, Terminus l’est. Mais pas que cela, il est aussi une redéfinition de Jesu et le témoignage de Justin Broadrick sur une période historique.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7