18629

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 29 mars 2021
Sa note : 18/20

LINE UP

-Dis Pater
(il fait tout cet homme !)


TRACKLIST

1) Dawn-Bringer
2) The Saffron Flame
3) Golden Orb
4) Rise of Thunder
5) Aurora Burning
6) The Unconquered Star
7) Below Horizon
8) The Chains Become Mine (Helios Invictus)
9) Where the Fires Cool

DISCOGRAPHIE


Midnight Odyssey - Biolume Part 2 - The Golden Orb
(2021) - black metal de l'espaaaace - Label : I, Voidhanger records



-  Seaaaa, sex and suuuun…
-  Sea, sex et quoi?
-  Ben…sun. Le soleil, quoi.
-  Ah, oui. L’étoile autour de laquelle gravitent les planètes de la galaxie numéro 15448. Oui. Intéressant. Et donc, c’est comment votre chanson, là ? Faites donc écouter !
Trois minutes quarante plus tard...
-  Moui. Il y a moyen de mieux faire, mais le soleil, c'est une idée…

Quand une créature comme Dis Pater, dont la nature est entièrement faite de particules cosmiques baignées dans l’ombre permanente de l’Océan Cosmique Universel, se lance comme défi d’écrire un album sur le Soleil, tel nos Frenchies d’Helioss, une chose est sûre : l’œuvre ne laissera pas indifférent. Gros bide cosmique ou claque sidérale, la vision qu’a Monsieur Midnight Odyssey de notre petit astre roi, ne peut être qu’originale. En bien ou en mal. Et ça, c’est déjà une bonne nouvelle, vu que la première partie du Biolume avait tendance à méchamment ronronner. Donc un peu d’admiration -oooh !- ou d’indignation -aaah !- ne feront de mal à personne. Comment Dis Pater imagine-t-il une ode au soleil ? Comme du Midnight Odyssey en mode majeur ? Non. Rassurons-tout de suite les obscurs fans de l’obscur one-man-band, l’Odyssée de Minuit continue à évoluer dans une œuvre à tendance fortement urano-netpunienne. Simplement, The Golden Orb est l’œuvre la plus épique et la plus metal du répertoire de l’Australien. Et si vous ne me croyez pas, sautez directement à 7m16s de l’époustouflant "Dawn-Bringer" : riff heavy metal et chant assorti ! Incroyable, n’est-ce pas ? Eh bien, ce qui est encore plus incroyable, c’est que les quelques passages heavy de l’œuvre s’intègrent parfaitement au reste.
Le registre vocal de Dis Pater est suffisamment étendu pour qu’il puisse chanter, tel un vocaliste à pantalon moule-burnes rouge et noir, sans forcer, et les riffs de trve metal sont tout de même parés de vêtements sombres, histoire de ne pas dépareiller au milieu de toute cette nouvelle fête cosmique. Car, ne nous leurrons, pas, si Biolume Part 2 propose des changements, nous sommes toujours au beau milieu d’un voyage aux confins de l’univers. L’œuvre dure une heure quarante-deux, et les touches de metal traditionnel ne sont que ça, des touches. Midnight Odyssey reste spectral, foncièrement diaphane et absolument cosmique, même si l’on rencontre de-ci de-là, quelques riffs bien épais, comme sur les plans quasi doom-death de "The Unconquered Star" ou au beau milieu de l’inspiré "Below Horizon". Les fans purs et durs de Maiden ne sont seront toujours pas à la fête dans cet univers-là. Les prouesses vocales « heavy-style » du maître des lieux sur "Rise of Thunder" et le « slow twin lead » de "The Chains Become Mine" seront, je pense, insuffisants pour retenir l’attention des personnes ayant perpétuellement un train à prendre. Entre hommages à Godsend, sur le début de "The Golden Orb", morceaux courts mais purement spectraux, dans la lignée de Funerals from the Astral Sphere, mélodies mélancoliques superbement hantées du final et la foultitude habituelle de passages diaphanes et poétiques, la deuxième partie de Biolume est peut-être la création la plus aboutie de Midnight Odyssey, la plus riche, la plus ample. Et les gens pressés ne sont toujours pas les bienvenus.


Pari réussi ! Dis Pater s’est volontairement mis en danger en osant aborder un sujet aux antipodes de sa nature profonde, et de ce puissant contraste est sortie une œuvre splendide. La nature fantomatique du projet est enrichie de quelques touches de vieux metal flamboyant. Impressionnant.








©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1