18723

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 25 juin 2021
Sa note : 15/20

LINE UP

-Raash
(chant+guitare+basse)

-H
(batterie)

TRACKLIST

1) I
2) II
3) III
4) IV

DISCOGRAPHIE

In Blut (2021)

Abkehr - In Blut
(2021) - black metal - Label : Vendetta Records



EP ou pas EP ? Il faut dire qu’on ne nous aide pas ! Prenez donc. Trente minutes "tout mouillé" de durée, quatre chansons et on voudrait nous vendre un album complet ? De mon temps, j’ai connu des EP plus longs que ça (car oui, votre chroniqueur est vieux, et réac). Bon, on va laisser le dernier mot au groupe par politesse, mais sachez que si vous aimez, ce n’est pas la taille qui compte.

Avantage ? Qui pérore avantage ? Oui avantage, ok. La sensation de longueur ne devrait pas être présente, l’espère-t-on tout du moins. Ce serait un bien vilain signe que voilà. Pourtant, les longueurs sont constitutives de cette sortie longue durée (ahem). Je m’explique papillons : vous savez tout aussi bien lire que moi, trente minutes pour quatre chansons. Une rapide division amène à la réalisation que chaque composition s’étend en moyenne sur plus de sept minutes. Ce n’est pas rien, et c’est un signe fort de l’orientation de In BlutDans le sang » pour les plus outre-rhinophobes). S’exposer sur de longues plages, prendre le temps d’installer une ambiance, placer l’auditeur dans un voyage qui sait s’appesantir sur les vicissitudes de l’existence. Et Abkehr le fait très bien. Que ce soit "I", "II", "III" ou "IV" (merci la créativité), toutes les chansons appliquent à la lettre un principe fantastiquement maîtrisé : atmosphère, noirceur, lancinance.
Lancinant… In Blut l’est indubitablement. Blut (coïncidence ?) Aus Nord ? Pourquoi pas dans cette utilisation des guitares lointaines, lacérées, vectrices de riffs tout autant que de nappes de sons inquiétants. On retrouve une essence de black metal particulièrement vicieuse, insidieuse. Chaque note semble vouloir percer votre épiderme d’un dard visqueux pour diffuser une lente euphorie qui, progressivement, mutera en un poison pernicieux en quête de votre âme. La musique des Teutons s’accroche à celle-ci pour la happer dans des tourments éternels. Et bien sûr ne pas la relâcher, car il n’est point de temps mort sur cette livraison. L’ambiance est au couteau du début à la fin, les rythmes suffisamment variés pour vous digérer et éjecter plus sombre qu’avant. Le mid tempo est presque roi, pour autant des blasts hypnotiques savent vous figer dans le temps, image éternellement perdue. Et les riffs s'inscrivent pertinemment dans cette mouvance sombre forêt glacée.


Belle réussite de black orthodoxe que voilà. Orthodoxie des ambiances qui ne laissent rien échapper. Orthodoxie d’un black metal sans concession qui tout en refusant certains codes (tremolos, blasts continus) se pare des atours poisseux et inquiétants du genre.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1