1875

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Fish
(chant)

-Robin Boult
(guitare)

-Frank Usher
(guitare)

-Dave Stewart
(batterie)

-David Paton
(basse)

TRACKLIST

1)Lucky
2)Internal Exile
3)Kayleigh
4)Fortunes Of War
5)Dear Friend
6)Sugar Mice
7)Somebody Special
8)Jumpsuit City
9)Lady Let It Lie

DISCOGRAPHIE


Fish - Acoustic Session
(1994) - rock prog - Label : Dick Brothers





Un bon p'tit live acoustique pour ravitailler les chaumières, c'est ce que nous propose Fish, en pleine tournée pour l'album Suits. On est au moins assuré d'avoir une set-list de premier choix vu que Fish n'avait pas encore sombré dans une musique dépressive comme il l'a fait sur Fellini Days. Fish est ici accompagné par une formation minimaliste ; 2 guitares sèches, une basse et des percus pour remplacer la batterie (les beats de la caisse claire et de la grosse caisse sont quand même respectés). Imaginez une fanfare avec un gars qui se trimballe sa grosse caisse sur le dos, un autre avec sa caisse claire et sa p'tite cymbale et ça vous donne un aperçu du rendu de la rythmique. C'est très agréable, ce coté très roots renforce l'aspect intimiste des chansons de Fish. Mais, à l'inverse, l'absence de claviers s'en ressent sur quelques morceaux qui n'échappent pas à une certaine platitude ; toute la richesse des versions studio n'étant donc pas toujours fidèlement retranscrite, on peut pas tout avoir ! Les morceaux choisis ne sont pas les plus progressifs de son répertoire, autant prévenir pour les puristes (aucun titre de Vigil In A Wilderness Of Mirrors). Pas de titres non plus de son album de reprises Songs From The Mirror, mais c'est plutôt une bonne chose ça !

En fait, on se rend vite compte à l'écoute de ce live (enfin live, disons plutôt sessions live en studio vu qu'il n'y a pas de public) que ce sont les titres d'Internal Exile les moins intéressants. Sur ce disque, Fish avait davantage exploré une facette folk en rapport avec ses racines écossaises, comme on peut le voir sur "Internal Exile" (il n'a pas pris beaucoup de risques en la reprenant vu qu'elle était déjà acoustique à la base) et "Dear Friends". On s'emmerde un peu avec ces morceaux, heureusement qu'il y a les ballades de Marillion ("Kayleigh" et "Sugar Mice") pour remonter le niveau, et surtout les titres de Suits qui affirment toute leur supériorité harmonique et mélodique. Le spanish "Somebody Special" (déjà acoustique dans sa version originale), la superbe ballade "Lady Let It Lie" et le monumental "Jumpsuit City" sont les seuls morceaux à dégager un fucking groove associé à ce coté variété-prog des familles comme sait si bien le faire Fish, sans oublier les choeurs qui donnent l'impression d'être gueulés par les derniers pochetrons au bar du coin, on s'y croirait ! "Fortunes of War" par contre ne passe pas très bien en acoustique, on s'ennuie ferme.

Donc ce live le confirme, Suits est un superbe album, que ce soit avec la production léchée en studio ou enregistré live en acoustique et sans friotures. Toutefois, concernant ce live, je reste un peu déçu, je m'attendais à un peu plus de patate dans l'interprétation des morceaux et à une set-list un peu moins conventionnelle. Enfin, cet Acoustic Session représente un excellent moyen pour voir ce que valent les morceaux de Fish sans tous les artifices en studio, à réserver aux fans donc et à déconseiller à ceux qui veulent découvrir sa carrière solo.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2