18795

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 15 octobre 2021
Sa note : 16/20

LINE UP

-Kristin Fjellseth
(chant)

- Jarle Hagen
(guitare)

- Tommy Jørgensen
(guitare)

- Eivind Brox
(claviers)

- Lars Magnus Jenssen
(basse)

- Bernhard Jenssen
(batterie)

TRACKLIST

1) Stigmata
2) Exit Mould
3) Urban Walls/ Orphan Heart
4) Nine-eight
5) Spiral
6) Revelation
7) A Perspective on Certain Matters According to X
8) The Pale Suit of Drunkenness
9) Mr. Trenchcoat
10) These Old Rags
11) Holy Summer
12) Mistaken Identity

DISCOGRAPHIE

Exit Mould (2001)

Pale Forest - Exit Mould
(2001) - rock Metal Alternatif atmospherique - Label : Listenable Records



Pale Forest est un groupe norvégien, avec quatre albums au compteur sur une carrière s'étendant de 1998 à 2012. Le groupe est vraiment resté underground jusqu'à ce qu’une tournée en première partie de The Gathering leur donne une certaine visibilité. Peu de temps après en 2001, sort leur troisième album, objet de la présente chronique et au succès tout relatif, en pleine mode du metal à chanteuse.

“Stigmata”, le titre d’ouverture, ne laisse aucun doute : le groupe suit plus la voie tracée par les géniteurs de if_then_else que par ceux de Oceanborn. Du rock simple mais bien construit, clair et avec peu de simagrées symphoniques ou pseudo gothiques. Ce qui marque est le ton de Kristin : aucune envolée lyrique mais un timbre pouvant tout de même monter haut, une douceur presque rafraîchissante. Rafraîchissant, le mot est lancé. Peut-être est-ce l'adjectif qui convient le mieux à Exit Mould ? Atmosphérique ? Oui la musique l’est. Écoutez ces claviers discrets mais qui savent se mettre en valeur (“Nine-eight”). Ou encore les passages aériens avec chant en yaourt de Kristin sur “A Perspective on Certain Matters According to X”. Exit Mould regorge de belles ambiances légères, aériennes.
Bien construit ? Cela s’applique aussi. Les chansons sont toujours intéressantes, variées, avec des titres pas évidents au premier abord mais regorgeant de mélodies entêtantes et de refrains immédiats. Je vous mets au défi de ne pas fredonner “Holy Summer”, le single précédant l’album, après une seule écoute. Malgré cette simplicité apparente, les compositions recèlent des détails de-ci de-là qui rallongent la durée de vie du disque. Presque prog et augurant certains groupes comme Autumn, dont le succès sera plus important que leurs précurseurs. Mais au final, rafraîchissant reste le mot clef. Même sans rien inventer ni même révolutionner, Pale Forest sort un album sans réels défauts, offrant de belles ambiances empreintes de mélancolie, bien construit et techniquement irréprochable.


Probablement le meilleur album de la carrière relativement anonyme de Pale Forest, Exit Mould vaut largement l'écoute pour l’amateur de rock/metal atmosphérique qui recherche un disque agréable et sans complications.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6