18816

CHRONIQUE PAR ...

21
Wineyard
Cette chronique a été mise en ligne le 11 novembre 2021
Sa note : 14/20

LINE UP

-E. Helvete
(chant+guitare)

-Lars "G." Goerschafft
(basse)

-Darin "D.Franseth" Fitz
(batterie)

A participé à l'enregistrement :

-Mr. Damage
(guitare sur "Blackened Swords of Satan")

TRACKLIST

1) Devil's in The Dirt (intro)
2) Hellrazor
3) Blackened Swords of Satan
4) G.H.B.M.
5) Troll Crusher

DISCOGRAPHIE


The Noctambulant - Hellrazor (EP)
(2021) - black metal death typé suédois - Label : Autoproduction



Merveilleux. « Enfin », devrais-je écrire. Du black made in USA auquel j’accroche un peu. Cela fait depuis les années quatre-vingt-dix que j’essaie sans réussir. Rien ne m’a jamais appelé outre-Atlantique côté metal noir. Comme quoi, il y a un début à tout. Je ne sais même pas s’il existe un style « typé » US en black metal d’ailleurs, j’ai toujours eu tendance à ne pas m’y attarder. Aurais-je eu tort ? Mon petit doigt me dit que c’est une possibilité. Mon majeur quant à lui me rappelle que j’ai toujours raison, ne vous en déplaise. Je vous l’accorde, ce dernier est assez binaire et ne connaît pas la signification de la nuance. Cela étant, il a peut-être raison…

Sans mes récentes incursions chroniques vers Depeche Mode, je n’aurais probablement pas cerné aussi rapidement le lien entre l’intro "Devil’s in The Dirt" et le groupe londonien. Et pourtant c’est flagrant, il y a du Martin Gore dans ce clavier froid. Bon, après on oublie vite la synthpop anglaise et on atterrit directement en Suède. Non pas d’Abba ni de Barbie Girl à l’horizon, non…Pensez donc… Après Depeche Mode, pourquoi pas, en effet, cela aurait pu. Mais là non. Aller simple vers Dark Funeral, sans transition. Du black très puissant et un double growl, une mélodie typiquement dans la lignée du Dark Funeral d’"Attera Totus Sanctus" ou "Angelus...", teintée, il est vrai, d’un peu de Dissection.
Quand je vous disais qu’il avait peut-être raison, mon majeur. C’est très estampillé Scandinavie tout cela. Et après la magnifique "Hellrazor" (non, pas celui des Fields, suivez un peu, je ne vais pas répéter), car elle l’est, le soufflé retombe un peu. "Blackened Sword of Satan" devient plus heavy et marche à la limite du black death. Bien exécutée, agréable à écouter, mais elle n’atteint pas la puissance de "Hellrazor". "Ghbm" qui lui succède est encore plus death/black que la précédente, et plutôt old school (style suédois également). Et ce n’est pas "Troll Crusher" qui viendra modifier le constat post "Hellrazor", The Noctambulant continue vers son penchant death/black scandinave, sans erreur, mais sans peps non plus.


Bien vu pour l’EP, l’ajout de titres supplémentaires inférieurs à "Hellrazor" n’aurait que provoqué une baisse de la note. Là, globalement, sur un EP de cinq titres, l’équilibre est plutôt bon, même si la balance penche très fortement sur la qualité hors catégorie du début. Le black/death de The Noctambulant penche vers la Suède, sans révolutionner quoi que ce soit, mais cela fonctionne assez bien. Et "Hellrazor" écrase tout…





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2