18820

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 17 novembre 2021
Sa note : 13/20

LINE UP

-Vicomte Vampyr Arkames
(chant)

-Hyde
(chant+basse)

-V. Orias A.
(guitare+claviers)

-VNA
(batterie)

A également participé à l'enregistrement :

-Rose Mother Sucking Hreidmarr
(chant)

TRACKLIST

1) Invictus
2) Aigle du Mal, Aigle de Sang
3) Des Ruines de la Solitude Éternelle
4) Ego Daemonium
5) La Noirceur des Limbes
6) L’Ordre Hermétique des Âmes Noires
7) Éloge du Mysticisme Impérieux
8) La Nuit Obscure de l’Âme partie 1
9) La Nuit Obscure de l’Âme partie 2

DISCOGRAPHIE

Allégeance (2021)

Diablation - Allégeance
(2021) - black metal - Label : Antiq Records



Certains des anciens de Seth et Ad Inferna, deux groupes français de la scène black metal de la fin des années quatre-vingt-dix, début des années 2000, ont décidés l'année dernière de former ensemble une nouvelle formation, Diablation. Un groupe de black metal, donc. Et voici Allégeance, le premier album d’un nouveau groupe composé de vieux briscards du genre. Verdict dans deux paragraphes.

Après une introduction de spoken words en français, nous entrons directement dans le vif du sujet avec "Aigle du Mal, Aigle de Sang". Cela commence bien, toutes les caractéristiques du black metal cru sont présentes: une rythmique brutale et violente, des riffs en tremolo, un chant malsain, aigu et presque douloureux. Une ambiance malsaine, suintante de haine et de dégoût transpire du titre, aussi bien des paroles que de la musique. Bref nous sommes en présence de black metal très classique, bien fait, qui coche toutes les cases. Le titre suivant "Des Ruines de la Solitude Éternelle" confirme cela, et montre aussi que Diablation insère une légère touche mélodique dans sa musique, avec quelques nappes de claviers discrètes.
Le titre suivant est dans la même veine que dans le premier, Diablation éloigne ses idées mélodiques et retourne vers une musique plus violente. L’inspiration d’Anorexia Nervosa semble évidente, puisque Hreidmarr chante en invité sur ce morceau, apportant une variation bienvenue. En revanche, le break avec spoken words casse la composition. Ce qui nous amène au principal défaut d'Allégeance: tous les morceaux sortent du même moule avec cet interlude parlé au milieu. Sur un ou deux titres, pourquoi pas ? Mais sur l'enchaînement de quatre titres, cela commence à sentir le manque d’inspiration et rallonge les morceaux inutilement. L’autre petit défaut, c’est le classicisme de l’ensemble, si j’ose dire. Les fans de black metal un peu mélodique auront une nouvelle galette à ajouter à leur collection, les autres aussi. Mais la réception ne sera pas la même.

Le verdict est donc : un autre disque de black metal. Bien fait, quelques beaux moments (de belles lignes de claviers sur "L’Ordre Hermétique des Âmes Noires"), classique dans son propos, mais avec des tics de composition ennuyeux. Les fans acharnés du genre peuvent y aller les yeux fermés.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7