18843

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 09 décembre 2021
Sa note : 15/20

LINE UP

-Inconnu
(tout)

TRACKLIST

1) Seme ponoci
2) Krv i pepeo
3) Prokletije
4) Vrani pir
5) Srce od trnja
6) Memla
7) Mesecev zub
8) Na vecernjem lahoru

DISCOGRAPHIE

Mrtvaja (EP) (2021)
Krv i pepeo (2021)

CMPT - Krv i pepeo
(2021) - black metal à tendances black - Label : Osmose



CMPT v2. Après un EP inaugural ne m’ayant pas laissé indifférent, les voilà avec ce que j’espérais : un effort longue durée. Attente… enfin non, mais récompense au bout de l’année. Les Serbes (acerbes ?) nous reviennent sous le format-roi, « couronneur » des empereurs, ou inlassablement antithétique : défaiseur de roi.

Krv i pepeo (promis, je n’invente rien), non pas « Crève pépé », mais bien « La mort et les cendres », ne cherche pas à s’affubler de faux-semblant. Il imprime d’emblée un rythme blasté et ne se cache derrière rien. Le tableau est black metal ou n’est pas. Les effluves de Horna sont toujours présentes, pourtant ce qui frappe, alors que ce ne fut point une révélation dans leur précédent EP, c’est la ressemblance du chant avec celui d’Ihsahn sur In the Nightside Eclipse. Musicalement, ce n’est pas la même sarabande, pourtant ce copinage apporte une touche historique supplémentaire bienvenue, tant maître-Ihsahn fut une référence en son temps. Côté compositions, les versets penchent plutôt vers du black façon très trve occvlt à tendance mélodique et penser à Tymah n’est pas déconnant. Bien sûr, la référence ne parlera pas à grand-monde, alors imaginez un Darkthrone façon Transilvanian Hunger plus grossièrement black metal et moins hantant.
A fond les ballons, le groupe a la pertinence d’aménager des plages mid tempo pour renforcer comme il se doit son propos. C’est intelligent et toujours bien intégré. L’homme en mal de cohérence que je suis retire alors une grande consonance cognitive de cet alignement des anticipations et des faits. Sans exploser au firmament, CMPT confirme vaille que vaille les espoirs entrevus sur Mrtvaja. Sans baisser de niveau, ni pour autant franchement le hisser, la horde masquée avance ses pions savamment, et sous couvert d’être des satanistes indécrottables, n’arrive pas à cacher une subtilité fort utile pour capter l’attention de ses auditeurs. L’autre point fort de Krv i pepeo (décidément, je ne m’y ferai pas) réside dans son homogénéité. Non pas dans les rythmes, qui pour notre plus grand bien sont changeants, mais dans sa qualité, son atmosphère glacée. Tout est au rendez-vous en permanence, faisant de ce disque un brulot noir que l’on souhaite voir embraser le monde entier. Homogène, tant et si bien que si "Memla" ressort pour son approche quasi (quasi, hein!) pachydermique, il n’y a pas de star incontestée dans cette sortie hautement qualitative.


Essai transformé pour filer la métaphore rugbystique. CMPT démontre brillamment que Mrtvaja n’était pas voué à demeurer feu de paille. Les Balkans nous ont réservé un beau cadeau de Noël, saisissez-le si vos humeurs sont noires.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4