18856

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 19 décembre 2021
Sa note : 16/20

LINE UP

-Joris van Gelre
(chant)

-Mark Kwint
(chœurs+guitare+basse)

-Jasper Strik
(chœurs+claviers)

Ont participé à l'enregistrement :

-Tineke Roseboom
(chœurs)

-Ridders van Gelre
(chœurs sur "Gelre, Gelre")

-Martijn "MJWW" Reinders
(guitare)

-Ernstjan "EJ" Rutten
(basse)

-Nico de Wit
(batterie)

TRACKLIST

1) Mijn oude volk
2) Gelre, Gelre
3) Wording
4) Driekusman
5) Bloedijn
6) Zelf
7) Nagedachtenis

DISCOGRAPHIE

Eigenheid (2020)

:Nodfyr: - Eigenheid
(2020) - black metal doom metal folk pagan - Label : Van Records



Un album s’intitulant Identité. Des noms de chansons comme "Mon vieux peuple". Une adaptation metal d’une chanson populaire. Je parle bien sûr d’un groupe originaire de… de… Suspense insoutenable… Eh ben non, loupé ! C’est pas l’Ukraine ! Pas la Russie non plus ! Et on baisse le bras !

Même si les Pays-Bas possèdent peut-être une scène foisonnante de pagan metal, le pays n’est pas mondialement connu pour sa production d’œuvres de ce style musical. Et pourtant, il n’y a pas de doute, :Nodfyr: provient bien du même endroit que The Gathering, Castle, Gggolddd ou encore Fluisteraars - pour se rapprocher un peu du sujet. Solidement campé sur ses pattes arrières, s’exprimant en néerlandais, le trio originaire de Veluwe a choisi la version lente et massive du pagan, à tel point que l’on pourrait même les qualifier de doomsters sans qu’il y ait tromperie sur la marchandise. Néanmoins, la thématique choisie, les quelques rares passages blastés ("Mijn oude volk"), le son de guitare se rapproche quelque peu du black metal, et certains passages folk/acoustiques confirment l’appartenance du groupe au metal païen. Soyons clairs : la plupart du temps, :Nodfyr: évoque une version massive de Fvneral Fvkk ou HAM, pour le timbre de la belle voix grave et modulée de Joris, que la pure haine de Kampfar. Un tempo globalement lent, de belles mélodies agrémentées de quelques sonorités à la Summoning ("Gelre, Gelre"), Eigenheid est un album puissant et mélodieux.
Le traitement réservé à la chanson populaire "Driekusman" s’avère excellent : la métallisation est belle et harmonieuse. Bref, le premier album des Néerlandais est frappé du sceau de la qualité et de l’harmonie. Personnellement, je retiens surtout l’enchaînement "Gelre, Gelre", joliment mélancolique, "Wording", so doooooooooom, et "Driekusman", ainsi que le beau final à chœurs que constitue "Nagedachtenis", au début jethrotullien, rendu délicat par le superbe chant de Joris. L’album ne révolutionne rien, on peut même le qualifier de simple. Certains titres, comme "Bloedjin", à l’ambiance dungeon-synth, ou "Zeif", sont un peu plus convenus que les autres, mais je dis ça histoire de pinailler. Pas de fillers, pas de temps perdu. Une force tranquille et nostalgique plane au dessus de cette œuvre, dont la simplicité, l'absence de fioritures mal placées évoquée plus haut, constitue le meilleur atout.


Vous noterez que j’ai utilisé le terme « Pays-Bas » et pas « Hollande ». J’ai pas envie de finir cloué contre une porte de grange par un carreau d’arbalète… Où en étais-je ? Ah oui ! Des compositions solides, des moments brillants, :Nodfyr: réussit son entrée en grand format sur le champ de bataille du pagan metal. Volontiers lyriques, nos Néerlandais riffants rejoignent la cohorte des formations à suivre.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6