1886

CHRONIQUE PAR ...

19
Thänatøs
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 7/20

LINE UP

-Herr Morbid
(guitare+chant)

-Razor SK
(guitare)

-Algol
(basse)

-Henrik Nordvargr Björkk
(effets)

-Asher
(batterie)

TRACKLIST

1)A Dish Best Served Cold
2)No Rehab (Final Exit)
3)Negative Megalomania
4)The Scapegoat
5)Blood And Concrete

DISCOGRAPHIE


Forgotten Tomb - Negative Megalomania
(2007) - black metal - Label : AvantGarde Music



Forgotten Tomb est mort. Herr Morbid, son géniteur, ne voit plus rien comme avant. Il a abandonné les armes, s’est détourné du suicide, et même de la dépression qui faisaient tout le charme de ses précédentes productions. C’est un peu cru comme introduction, n’est-ce pas ? Absolument, mais disons qu’elle est à l’ampleur de la déception…

Forgotten Tomb est mort. La flamme qui embrasait la détresse de Herr Morbid s’est éteinte. Ça se ressentait déjà dans ses dernières déclarations : on ne peut pas dire qu’il ne nous a pas préparés mais l’écoute de l’album bat tous les records. Tout d’abord, la noirceur des précédents albums a disparu sauf pendant de très courts moments tels le début et la fin de "No Rehab (Final Exit)", mais pourquoi seulement le début et la fin ? Parce que le reste du morceau est pourri : entre un riff des plus entraînants qui n’a strictement rien à foutre ici et une longueur soporifique, il y a de quoi faire. Tant qu’on parle de longueur soporifique, ça semble être le cas de tous les titres de l’album dont la durée s’entête à ne pas descendre sous la barre des onze minutes, sauf le premier morceau qui n’en fait que huit. Mais la longueur fait partie du doom me direz-vous, d’autant plus que ce n’est pas particulièrement choquant sur cet album. Oui, mais quand elle ne sert pas à instaurer d’ambiance, je n’y vois pas l’intérêt. Idem pour ce qui est des riffs entraînants, bien qu’ils le soient heureusement moins sur le reste de l’album que sur "No Rehab". Reste que c’est extrêmement déplaisant de se surprendre à headbanguer quand on veut déprimer en musique...

Ensuite il y a le chant qui se fait moins saturé quand il est black… Car oui, Herr Morbid a décidé de s’essayer au chant clair – mais quelle idée de vouloir fourrer du chant clair dans une telle musique ! -, sauf que son chant clair est raté : pas mal de lignes de chant font penser à celles d’Ihsahn sur les derniers Emperor ou sur son album solo, mais en beaucoup moins bien, forcément, la voix de Herr Morbid oscillant entre le rauque et le nasillard et n’ayant donc pas la même sublime majesté que celle d’Ihsahn… Sauf - et c’est là que le bât blesse - qu’il se trouve que ces passages en chant clair sont les plus marquants de l’album… Le groupe semble également manquer d’inspiration comme sur "The Scapegoat" qui est un peu trop pompé sur "Day" de Katatonia (le morceau en chant clair sur Brave Murder Day) mais pour pas faire trop pompé, Forgotten Tomb effectue une jolie transition entre acoustique/chant clair et saturé/chant black. C’est toujours ça de gagné. Et mine de rien, ça en fait le morceau le plus intéressant de l’album, d’autant plus que le refrain fait mouche.


Bref, le temps du tellement prometteur Songs To Leave est révolu. Negative Megalomania ne peut que décevoir les amateurs de ce dernier ou ces successeurs plus accessibles. Reste qu’il est le seul qui, paradoxalement, donne autant que Songs To Leave l’envie à l’auditeur de mettre fin à ses jours, mais cette fois-ci, c’est plus par dépit qu'autre chose...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1