18948

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 03 mai 2022
Sa note : 14/20

LINE UP

-Shui Shu
(tout)

TRACKLIST

1) 星宫 / Star Palace
2) 荒海之雾 / Fog of the Bleak Sea
3) 平衡之轮 / Equilibrium Reincarnation
4) 仙水 / Fairy
5) 月下夜想 / Nostalgia
6) Merkabah
7) 火湖 / Lake of Fire
8) 怪想录II / Memoir of Eerie Fantasies II
9) 乙太之旅 / The Adventures of Ethernet
10) 月吟 / The Voice of the Luna

DISCOGRAPHIE

Northland III (2022)

Tassi - Northland III



Des groupes metal venus de Chine, c’est plutôt rare dans le monde occidental. Quelques-uns se sont fait un petit nom (Tengger Cavalry étant probablement le plus connu) mais dans l’ensemble, la scène reste confidentielle sur notre continent. Toutefois, les conditions en Chine sont plutôt favorables pour l'émergence de nouveaux groupes, d'après William Spok, manager de Bliss Illusion, un des autres groupes de Shui Shu.

Tassi (水树, ce qui veut dire "arbre à eau") est le projet solo de Shui Shu, aussi connu sous son pseudonyme Dryad. Le nom fait partie du concept du groupe : Tassi, un barde en quête de l’amour de sa vie, Uni, accomplit un voyage plus spirituel et ésotérique que physique. Dans ce troisième opus, Tassi retourne dans son monde grâce à des textes anciens et se réveille au pied d’une montagne, le mont Pulaka. Il continue alors son voyage à la recherche d’Uni. J’imagine que cette quête a un lien plus ou moins symbolique avec le bouddhisme, vu que Shui Shu explore ce sujet dans Bliss Illusion. Néanmoins mes connaissances sur le sujet étant inexistantes, je ne saurais commenter davantage.
Tassi s’inscrit directement dans la lignée du blackgaze très populaire depuis quelques années. Difficile de savoir si l’inspiration est consciente ou pas, vu la fermeture de la Chine, mais on pense très fortement à Alcest. Outre la musique, mélange de shoegaze et de black metal allégé, le chant est très similaire, même si moins bon que celui de Neige. Alternance de chant hurlé et de voix claires, cristallines et presque enfantines, riffs en tremolo et arpèges calmes, nappes oniriques. Sans aucune surprise, nous sommes en terrain connu musicalement, avec quelques petits étonnements, comme les nappes électroniques sur "Merlabah".
Une chanson comme "Lake of Fire" évolue d’un moment mystique vers une fin plus lourde et effrayante. Dans l’ensemble, une atmosphère plutôt légère, valsant entre l’enfantin, la mélancolie et des territoires plus sombres et hantés, transpire de l’album. La production dessert un peu le propos. Le son manque de dynamique et de force, tout semble toujours un peu faible, que ce soit le tranchant des guitares ou le chant un peu en retrait sur "Memoir of Eerie Fantasies II", par exemple. C’est dommage, peut-être compréhensible ? Je n’ai aucune idée des moyens studio d’un groupe tel que celui-ci.

Une curiosité donc et une bonne surprise. Contrairement à Bliss Illusion, Dryad n'intègre aucune influence chinoise folklorique dans la musique de Tassi, peut-être un peu dans les paroles. Nous avons donc du shoegaze metal de bonne facture, classique mais bien fait.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1