18950

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 04 mai 2022
Sa note : 09/20

LINE UP

-Fabio La Manna
(guitare+claviers+basse)

-Davide Cardella
(batterie)

Ont participé à l'enregistrement :

-Elena Lippe
(chant)

-Marcello Vieira
(chant)

-Ethan Cronin
(chant)

TRACKLIST

1) Idolatry
2) Joker’s Dance
3) Spiral Staircase
4) Garage Evil
5) Observer
6) Saturated
7) Premonition
8) Soldiers of the New World Order

DISCOGRAPHIE


Geometry of Chaos - Soldiers of the New World Order
(2022) - metal prog - Label : Wormholedeath



Émanation italienne formée sur les cendres de Alchemy Room (vous ne connaissiez pas ? Moi non plus) couplée à la prolongation des travaux solo de Fabio La Manna, Geometry of Chaos s’avance humblement sans trompette ni fanfare pour nous présenter le résultat de ses efforts musicaux sous la forme d’une première sortie : Soldiers of the New World Order. L’esprit bravache, va-t-elle réussir à pourfendre l’épais voile de mystère entourant son existence ?

Afin d’avancer dans leur mission, les Italiens se sont armés d’une production ultra solide. Solide dans le sens propre, puissamment bâtie dans ses fondements avec une grosse caisse et une basse bien présentes. La guitare elle-même n’hésite pas à forcer la saturation pour donner du corps à l’ensemble. Tous les instruments ainsi que le chant sont aussi clairement identifiables. Propre on vous dit. Mais un peu mou et impersonnel de fait. Ou est-ce la résultante de compositions un peu à l’image de cette production : solides et propres. Car que les musiciens soient dans les temps, carrés, à l’aise avec leurs (multi) instruments, cela ne fait aucun doute. La quasi heure, qui avouons-le paraît bien longue, des huit chansons jetées en pâture à nos esgourdes fait étalage de cela en permanence. Et encore une fois, trop. La volonté de ne pas déborder est presque palpable à ce niveau. On sent que chaque riff, chaque accord, chaque coup de baguette (joli travail sur les caresses de cymbales à ce titre) a été longuement soupesé. Fabio La Manna, tête pensante du projet, n’est manifestement pas un adepte de l’improvisation. Quitte à verser dans une monotonie marquée, seulement contrebalancée par la chanson-titre finale qui sort enfin d’un schéma trop systématique.
Il sait composer par contre. Si le reproche du manque de spontanéité est fondé et justifié, difficile de l’attaquer sur sa maîtrise. C’en aurait été ubuesque à ce niveau. Le gars a un plan qu’il déroule à merveille, sans en dévier. Un metal bien progressif donc, avec quelques effluves de Dream Theater, mais surtout power prog serais-je tenté d’écrire (tenez, je l’ai fait). Dans cette ligne directrice si stricte, le groupe veut également affirmer sa force via cette présence dans les basses. Noble volonté, sauf qu’elle est plombée par un rythme systématiquement mid tempo, voire moins. Quelques envolées dans le défilement des notes et une batterie qui ne rechigne pas à ce point à exploser auraient sans conteste apporté un grand bol d’air frais bénéfique à la musique. Ne crachons pas plus que de raison dans la soupe, Soldiers of the New World est une proposition fort honnête de metal progressif ultra respectueux de sa vision du genre. Pas original pour un sou, en manque singulier de folie malgré tout le panel rythmique et technique déployé et également broyé par un chant tout à fait quelconque même dans ses essais très maladroits à l’agressivité.


Pas grand-chose de plus à raconter sur une première livraison de qualité si on s’en tient à des considérations purement techniques. Bien gaulée, ultra maîtrisée. Sauf qu’on est à des années-lumière de ce qui fait le piment de la musique : l’émotion.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2