1897

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Francis Rossi
(chant+guitare)

-Rick Parfitt
(guitare+chant)

-Alan Lancaster
(basse+chant)

-John Coghlan
(batterie)

TRACKLIST

1)Backwater
2)Just Take Me
3)Break The Rules
4)Drifting Away
5)Don't Think It Matters
6)Fine Fine Fine
7)Lonely Man
8)Slow Train
9)

DISCOGRAPHIE


Status Quo - Quo
(1974) - rock - Label : Phonogram



Fort de leur succès grandissant avec Hello !, Status Quo est sur la bonne voie et en a pleinement conscience. Plutôt que de s'assagir, le groupe va même carrément passer à la vitesse supérieure, à tel point que l'auditeur sera certainement surpris par tant de puissance. C'est vrai, tout s'enchaîne à cent à l'heure sur ce disque et c'est pour ça que j'ai eu un peu de mal au départ. On ne savait pas le Quo capable d'être aussi burné ce qui est peut-être dû à la très forte implication d'Alan Lancaster dans les compositions. C'est également souvent lui qui chante, plus que d'habitude. Sa voix rauque et puissante sent bon la bière et le rock 'n' roll !

N'y allons pas par quatre chemins : Quo est une grosse tuerie, le groupe a bouffé du lion ! Ou alors, ils ont ramené plus de bières que d'habitude en studio ! Plus varié qu'Hello !, c'est certain, Quo donne l'impression d'un concours de celui qui jouera plus vite que son voisin ! C'est flagrant sur "Slow Train", avec sa rythmique basse-batterie en mode turbo et "Drifting Away", tous deux vraiment speed, à la limite du raisonnable. Idem pour le très rythmé "Just Take Me" et ses parties de batterie endiablées, un des morceaux les plus jouissifs de l'album ! Bref, autant de morceaux bien hargneux et qu'on ne retrouve pas sur les autres albums de Status Quo, car ils sont plutôt à part pour leur agressivité.

Pas de titres faibles, tout est excellent ! Dans un style plus classique, on retrouve du bon vieux boogie bien burné avec "Backwater" qui envoie la purée niveau riffs et dont l'enchaînement judicieux avec "Just Take Me" ne laisse aucun répit ! "Don't Think It Matters" et "Break The Rules" aussi, pas de quartier, c'est supra-efficace et on n'en demande pas plus ! On pourrait croire un instant que Quo soit moins mélodique et plus pêchu, mais c'est sans compter la présence de "Fine fine fine", un titre rapide et mélodique dans le plus pur style de Francis Rossi.

Sans oublier bien évidemment "Lonely Man", une des plus belles perles du répertoire de Status Quo, elle associe guitares acoustique et électrique avec autant de brio que les spécialistes du genre ! Que ce soit Led Zeppelin, Jethro Tull et Uriah Heep, ils ne sont pas les seuls à être à leur aise dans ce style folk. On ne peut pas dire qu'il y ait une seule ballade sur Quo, vu le rythme enjoué de "Lonely Man". Et justement, gageons que si "Lonely Man" était apparu sur un album de Led Zeppelin, on aurait crié au génie créatif ! Mais pas de bol, elle est apparue sur un album de Status Quo donc on n'en fera pas tout un foin comme pour Led Zeppelin !


Ajoutons à cela une production cradingue et brute de pomme, parfaitement adaptée à l'esprit de l'album et on obtient un des meilleurs albums du Quo, le plus "live" et spontané, le plus hard aussi. Et le pire dans tout ça, c'est qu'ils ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin ; Status Quo n'est pas le groupe de deux albums. C'est plutôt le genre de groupe où dès qu'on achète un album, ça ne suffira jamais, on en voudra toujours plus. Un peu comme une boisson énergétique dont on ne pourrait plus se passer, la consommation du Quo constitue un excellent anti-dépresseur, ça devrait être remboursé par la sécu !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2