1992

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Hans Zimmer
(composition)

TRACKLIST

1)A Way of Life
2)Spectres in the Fog
3)Taken
4)A Hard Teacher
5)To Know My Enemy
6)Idyll's End
7)Safe Passage
8)Ronin
9)Red Warrior
10)The Way of the Sword
11)A Small Measure of Peace

DISCOGRAPHIE


Zimmer, Hans - The Last Samuraï - Original Motion Picture Score
(2004) - BO films - Label : Wea



Le Dernier Samourai est sorti en ce début d'année 2004 et vient tout juste de sortir en DVD. C'est l'occasion pour moi de parler de la bande originale de ce film somptueux, destiné à tous les amateurs de la culture japonaise, mais aussi aux autres. A ce titre, le film bénéficie parfois d'un traitement scénaristique assez simpliste, mais la mise en scène, les jeux d'acteurs et les décors valent assurément le coup d'oeil et rehaussent un ensemble déjà bien fourni, quoiqu'on en dise! Hans Zimmer s'est chargé de la musique et autant dire qu'il réalise encore une oeuvre très intéressante, mais pas forcément la meilleure qu'il ait écrite à ce jour. Connu pour sa contribution à des films majeurs tels que Gladiator (Ridley Scott), Rangoon (John Boorman) ou encore The Pledge (Sean Penn), Hans Zimmer reste un des compositeurs fétiches des plus grands réalisateurs américains et un des miens, par la même occasion.

Avec la bande originale du Dernier Samourai, il signe un mélange entre atmosphères feutrées, pleines d'émotion, grandiloquence et saveurs orientales. "Spectres In The Fog", en ce sens, est assez représentative de ce mélange. Percussions, instruments japonais et orchestre se marient pour faire place, tantôt à une atmosphère douce et rassurante, tantôt à un sentiment d'inquiétude assez prononcé. "Taken", qui suit, reste dans une veine feutrée et calme, tout en demeurant assez anecdotique. "A Hard Teacher" et "To Know My Enemy" font ressortir toute la frustration d'Algren (Tom Cruise) lors de son initiation au combat par un des villageois: calme, presque neutre, la longue plage intimiste que nous écrit ici Zimmer, en deux parties distinctes, fait corps avec le sentiment d'impuissance ressentie par le personnage à ce moment-clé du film (un des plus beaux, d'ailleurs). "Idyll's End" est l'occasion pour nous d'entendre à nouveau le magnifique thème du film, déjà aperçu lors de l'opener ("A Way Of Life").

En fait, une bonne moitié de la BO demeure assez contemplative, retraçant le parcours d'Algren, déchiré et contraint d'abord, puis, par la suite, attiré indubitablement par la découverte d'une civilisation intriguante, perdue entre volonté de modernité et respect des traditions. C'est d'ailleurs le thème central du film, assez bien retranscrit par le compositeur, qui use à la fois d'instruments traditionnels et d'un orchestre aux artifices plus modernes. Le seconde moitié de la musique est centrée autour de rythmiques plus guerrières et martiales ("Red Warrior" et ses cris farouches signent la plus belle plage de l'album; "The Way Of The Sword"), plus addictives et plus dans la veine du compositeur, qui retrouve là ses réflexes! "A Small Measure Of Peace", quant à lui, clôt l'album de manière très formelle, en reprenant les points forts de la bande-son et le thème principal. Sans grand intérêt...


Cette bande originale demeure de facture assez classique, dans le fond. Au titre des regrets, on aurait aimé l'utilisation de plus d'instruments traditionnels, ce qui aurait en partie rehaussé un peu plus la qualité de la bande-son. Et le compositeur reste dans une veine linéaire et finalement plus languissante qu'autre chose. L'ensemble manque de percussions, donc de pêche. Quitte à rendre une copie fidèle au sujet qu'il traite, Zimmer aurait dû s'atteler à faire corps avec son sujet. Or ici c'est assez rarement le cas, Zimmer ne faisant qu'effleurer les traditions sans les utiliser réellement. Après tout, c'est un film américain... Donc cette bande originale est de bonne qualité, mais Zimmer ne sort pas des sentiers qu'il a déjà arpenté lors de ses précédentes oeuvres. L'ensemble manque un peu d'audace, pour captiver jusqu'au bout.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2