2014

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été mise en ligne le 24 avril 2008
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Michael Kiske
(chant+guitare)

-Sandro Giampetro
(guitare)

-Fontaine Burnett
(basse)

-Karsten Nagel
(batterie)

+ Guests

TRACKLIST

1)You Always Walk Alone
2)We Got the Right
3)I Believe
4)Longing
5)Your Turn
6)Kids of the Century
7)In the Night
8)Goin' Home
9)A Little Time
10)When the Sinner
11)Different Ways

DISCOGRAPHIE


Kiske, Michael - Past In Different Ways
(2008) - pop rock Helloween version thé dansant - Label : Frontiers Records



C’est acquis, Michael Kiske ne fera plus de metal. Pas dans le cadre de sa carrière solo du moins. C’est ce que le vocaliste clame à tort et à travers depuis le début de son escapade en solitaire en 1996, non sans lâcher au passage quelques mots tendres envers le heavy et ses fans. Sa participation, depuis lors, à quelques projets d’obédience métallique a donc de quoi surprendre ; et voir aujourd’hui le bougre s’attaquer à son ancien groupe Helloween finira probablement de mettre ses anciens collègues en rage.

Le label Frontiers, doué en marketing, a donc eu l’idée de proposer à Michael Kiske de réenregistrer intégralement des chansons de la période Helloween, celles qu’il a écrites lui-même, figurant sur les quatre albums suivants : Keeper Of The Seven Keys I et II, Pink Bubbles Go Ape et Chameleon. Kiske s’est en outre chargé de la production : toute saturation est proscrite, ici la gratte sèche règne en maître. Le résultat ? Une pop-rock dans la lignée de ce qu’à pu proposer le chanteur en solo jusqu’à maintenant, avec des relectures plus ou moins heureuses de ses anciens titres.

Michael Kiske, autant le signaler de suite, n’a rien perdu de sa superbe. Son chant est toujours aussi performant, et sa capacité à aller chercher la note, ici sans grosse guitare ni batterie pour rivaliser, impressionne réellement. Son timbre demeure pur et cristallin. Aucun doute, c’est bien d’un grand, grand chanteur qu’il s’agit. Voilà déjà qui fait plaisir. La track-list ensuite : il est clair que ce sont les extraits des deux Keepers qui sont les plus attendus au tournant. En réalité, les morceaux de Pink Bubbles et de Chameleon possédaient déjà intrinsèquement cette dominante pop-rock, et partant surprennent peu aujourd’hui dans un tel contexte.

Petit tour rapide. La ballade pseudo-mystique "Longing" et l’oppressant "I Believe" ne gagnent ni ne perdent à la transposition acoustique : l’esprit originel est conservé, mais reste anecdotique. Il était toutefois bienvenu d’écourter "I Believe", un peu moins ennuyeux du fait. "Your Turn" propose une mélodie rétro sympathique, taillée sur mesure aux capacités vocales de son auteur, et donc justifie sa place ici davantage que ses collègues. Car "In the Night" et "Goin’ Home", eux, restent désespérément soporifiques et perdus pour la cause. Je classerais volontiers dans la même catégorie l’inédit "Different Ways", énième ballade sans intérêt.

Pour ce qui est des bonnes surprises, nous retrouvons un "When the Sinner" dans une version country intéressante et plus à son avantage dans cet album calme. "We Got the Right" était un tube ; il l’est resté, et même s’il est attaqué un demi-ton plus bas, les nouvelles harmonies vocales pondues par Kiske rehaussent l’intérêt restreint des nouveaux arrangements, très épurés et minimalistes (une guitare, une trompette, un accordéon...) "You Always Walk Alone" et "A Little Time" passent d’un « happy-metal » à une « happy-pop-rock » ; cela amuse le temps de deux écoutes, mais pas de quoi s’agenouiller. Le minimum syndical est assuré.


Une mauvaise compo reste une mauvaise compo, quelle que soit la production qui l’entoure. C’est ce que nous apprend Michael Kiske avec cet album, qui ne contient pas suffisamment de bons moments pour justifier ce « retour aux sources ». Reste la joie de retrouver l’un de ses héros d’enfance en pleine forme, et des quantités de souvenirs liés aux morceaux revus et corrigés, mais sans cela, une majorité du public passera à côté de Past in Different Ways. On ne saurait lui en tenir rigueur.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5