2041

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 18/20

LINE UP

-Glenn Hughes
(chant+basse)

-JJ Marsh
(guitare)

-Ed Roth
(claviers)

-Jeff Kollman
(guitare)

-Gary Ferguson
(batterie)

TRACKLIST

1)In My Blood
2)Lost in the Zone
3)Gasoline
4)Higher Places (Song for Bonzo)
5)Get You Stoned
6)Written All Over Your Face
7)Standing on the Rock
8)Courageous
9)Secret Life
10)Truth
11)Wherever You Go

DISCOGRAPHIE


Hughes, Glenn - Songs In The Key Of Rock
(2003) - hard rock - Label : Shrapnel Records




Chaque album de Glenn Hughes est un petit chef-d'oeuvre, cela devient une habitude à force et celui-là ne fera pas exception à la règle. Un exemple à suivre pour tous les groupes qui mettent cinq ans à sortir un album; une ou deux années suffisent pour Glenn Hughes et la qualité ne faiblit jamais. Alors quoi de neuf par rapport à Building The Machine qui avait été salué comme son meilleur album ?


Et bien, Glenn Hughes reste solidement ancré dans le son et le trip années 70's sauf que là, l'album est bien plus rock et direct que Building The Machine. Il est aussi moins groovy, moins cool et "aware" que ce qu'il faisait ces derniers temps. Ça peut dérouter au départ, car Songs In The Key Of Rock sonne assez basique comparé aux autres albums. Mais une fois qu'on est entré dedans, on en ressort plus, et comme toujours, Glenn Hughes nous en met plein la vue, avec sa voix en or tout d'abord (ça fait belle lurette qu'il n'a plus rien à prouver de ce coté-là) et avec ses refrains, toujours les plus beaux refrains de rock au monde interprétés par la plus belle voix du rock au monde, sans exagérer !

Glenn Hughes refuse de vieillir, il se teint les cheveux (oui ça on s'en fout, mais quand même il est beau Glenn Hughes comme ça) et se permet même, comme dans le Hughes Turner Project, quelques références au Deep Purple Mark 3 et au Rainbow période Turner. Ça tient plus du clin d'oeil sympathique que de la repompe bête et méchante. Mais Glenn Hughes peut largement se le permettre vu l'importance qu'il a eu dans le Deep Purple Mark 3 et 4. C'est évident sur les titres les plus rapides comme "Gasoline" (un remake de "Lay Down, Stay Down" de Deep Purple) et "Standing On The Rock" (on pense un peu à "Death Alley Driver" de Rainbow). Bon dieu, ce qu'il peut être hargneux sur les refrains, l'effet HTP ça, ça lui a donné un p'tit coup de jeune (quoiqu'il en avait pas tellement besoin), y'a pas de doute. Ces deux titres sont les plus speeds mais ne figurent pas parmi les meilleurs.

A part ça, sont au programme les refrains avec des choeurs toujours aussi magnifiques sur "Lost In The Zone". Et le point d'orgue est atteint sur "Higher Places", un refrain tellement captivant qu'une plage cachée à la fin du disque a même été ajouté spécialement pour le refaire, à la sauce intime, claviers + chant, histoire de savourer davantage ce grand moment de bonheur ! La section rythmique et son inspiration est plus rock que les derniers Deep Purple (d'ailleurs entre parenthèses, Songs In The Key Of Rock ridiculise le Bananas de Deep Purple, mais ça y'a même pas besoin de le préciser tellement cela va de soi) et plus groovy que les derniers Red Hot Chili Peppers (Chad Smith joue d'ailleurs sur un titre, "Get You Stoned". Dois-je préciser que les derniers Red Hot ne font pas le poids face aux derniers Glenn Hughes ?). Deux guitaristes sont présents alors qu'il n'y en avait qu'un seul avant et enfin quelques morceaux plus pépères sont de la partie comme les superbes "Get You Stoned", "Written All Over Your Face" et "Courageous", pas si éloignés du style de Building The Machine. Si le dernier Mike Tramp avait pu être dans ce style, cela n'aurait pas donné lieu à la soupe qu'on connait.


Glenn Hughes est surement l'artiste en solitaire le plus prolifique, le plus créatif et le plus attachant de ces dernières années. Chaque nouvel album donne l'impression d'être meilleur que le précédent. C'est peut-être un peu tôt pour dire si Songs In The Key Of Rock est son meilleur album mais une chose est sure, c'est déja mon préféré, détrônant Building The Machine, c'est pas rien ! C'est un grand cru et il fera date dans la discographie désormais bien remplie du maître.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6