2059

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Peavy Wagner
(chant+basse)

-Victor Smolski
(guitare)

-Mike Terrana
(batterie)

TRACKLIST

1)All I Want
2)Insanity
3)Down
4)Set This World On Fire
5)Dies Irae
6)World Of Pain
7)Shadows
8)Living My Dream
9)Seven Deadly Sins
10)You Want It, You'll Get It
11)Unity

DISCOGRAPHIE


Rage - Unity
(2002) - heavy metal - Label : Steamhammer



Rage est un pilier du heavy allemand, centré autour de la personne de Peavy Wagner. Après avoir réalisé une quantité astronomique d'albums de metal classique, Rage a un beau jour décidé d'évoluer et cela a donné la fameuse trilogie Lingua Mortis - XIII - Ghosts. Cette parenthèse orchestrale prendra fin avec Welcome To The Other Side, qui marque un retour du heavy allemand de base, suivi de Unity et de son frère jumeau Soundchaser.

Welcome To The Other Side n'avait pas fait que des heureux à cause de sa longueur. Et ce qui frappe d'entrée de jeu sur Unity, c'est la production de Charlie Bauerfeind, épaisse et grasse, privilégiant la puissance avant tout. La finesse des albums avec orchestre (XIII, Ghosts), encore plus ou moins présente sur Welcome To The Other Side, a désormais disparu. Unity, ce n'est rien que du burné comme en témoigne l'intro de "All I Want", dans le plus pur style de "Am I Evil"? Après ça, c'est un déluge ininterrompu de riffs, parfois proches du "power metal" donc bien gras, et surtout mélodiques, une des particularités de Rage qui les distinguent définitivement des autres groupes allemands.

Le jeu de Victor Smolski, teinté de néo-classique, est vraiment original pour ce style de musique. Techniquement, certains de ses plans sont chiadés, mais il n'en fait jamais trop, l'efficacité prend toujours le dessus. Bref, c'est la grande classe. Mike Terrana est un vrai monstre à la batterie, lui aussi redoutable de puissance et de technique. Mais il sait aussi varier son jeu quand il faut, ce dont est incapable un Jörg Michael par exemple. Rage conserve sa faculté à composer des refrains à l'accroche mélodique immédiate ("World Of Pain", "Down", "You Want It", "You'll Get It", "Seven Deadly Sins"). Certains de ces refrains finissent toutefois par devenir un peu gonflant, à cause de ces choeurs disons très allemands ("All I Want", "Insanity", "Set This World On Fire"). Hansi Kürsch et DC Cooper sont d'ailleurs crédités dans les "backing vocals".

Unity n'échappe pas non plus au défaut de la plupart des groupes allemands, à savoir une grande linéarité. A part Helloween et Gamma Ray, il faut croire que tous les groupes allemands sont affublés de ce défaut. Seul "Dies Irae" calme un peu le jeu, avec ses claviers et ses choeurs façon opéra (exécutés par le White Russian Opera Choir). Sans oublier l'excellente instrumentale "Unity", composée par Victor Smolski, qui se rapproche du répertoire de Symphony X et prouve (si besoin était) que les mecs de Rage se baladent sur leurs instruments. A part ça, les autres chansons sont toutes dans le même moule, et cela suffit à faire de Unity une bombe!




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1