2111

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été mise en ligne le 05 mai 2008
Sa note : 14/20

LINE UP

-Norman Skinner
(chant)

-Steven Rice
(guitare)

-Corey Krick
(guitare)

-Jim Pegram
(basse)

-Henry Moreno
(batterie)

TRACKLIST

1)Waking a Dead Man
2)Your Creator
3)Bleed As One... Appease the Gods
4)Behind Immoral Eyes
5)Feast For the Hated
6)Thinning Out the Herd
7)The Sick Sense
8)New Power Rises
9)Held Beneath
10)Succubus

DISCOGRAPHIE


Imagika - Feast For The Hated



Le nom du groupe, avouons-le, fait très « metal à papillons featuring violons et cantatrice rousse à gros seins ». Oui, sauf qu’Imagika fait dans le power-thrash US tout ce qu’il y a de plus viril, et ce depuis une bonne quinzaine d’années, messieurs dames. Les fans de Nevermore, Pantera ou du Black Label Society se retrouveront donc bien plus dans ce Feast For The Hated que les amateurs de Nightwish ou d’Epica. Il fallait que ce soit dit.

C’est du lourd. Les riffs crachent le feu de toutes parts, sans répit, accompagnés par une double grosse caisse des plus véloces et percutantes. Le jeu des guitaristes fait mouche, en rythmique et en lead, tenant leur position dans une sorte de heavy-metal extrêmisé rappelant le carré magique du thrash US, ainsi que Slayer. Aucune concession n’est faite à l’auditeur qui se prendra, impuissant, un mur sonore de dix titres implacables. La production insiste particulièrement sur la rythmique et la batterie, plus rapide que celle des groupes de thrash pur en général.

L’hybride speed-thrash que propose Imagika prend également forme grâce au talent du vocaliste Norman Skinner, polymorphe, au timbre rappelant Chuck Billy, mais aux capacités bien plus variées. Du beuglement clair-agressif, du falsetto à la Halford, du hurlement death, et du chant posé, tout ça avec un degré d’expertise et une pertinence assez bluffants. C’est ainsi que se poseront, de temps en temps, des breaks mélodiques très soignés ou des refrains à entonner, en plein cœur de la boucherie : "Your Creator", "Behind Immoral Eyes", "Thinning Out the Herd"...

Nous aurons même droit à quelques plans en guitare claire, voire acoustique : "Feast For the Hated" ou "The Sick Sense" diluent quelque peu la sauce piquante, même si les enceintes reprennent bien vite leurs droits. Une atmosphère est créée lors de ces moments calmes, qui trouve son paroxysme dans le titre "Succubus", interprété sous forme de duo avec une chanteuse qui pourrait correspondre à la description faite en intro. Inattendu, donc plaisant.


Ajoutons une basse qui amène de bonnes idées ("Your Creator") quoique de façon trop irrégulière, et nous voilà en compagnie d’un bon album qui pourra intéresser les thrasheux comme les power-metalleux. Un mélange des genres intéressant s’opère en Feast For The Hated, sous le signe du bourrinage, pas très risqué certes, mais agréable à entendre.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7